Nadia rentrait chez elle lorsque son monospace avec ses 3 enfants à bord a été percuté par une voiture de sport: «Je suis morte avec mes filles»

Vidéos
Nadia rentrait chez elle lorsque son monospace avec ses 3 enfants à bord a été percuté par une voiture de sport: «Je suis morte avec mes filles»
Facebook Lila&Adelaïde

Nadia ne pourra jamais oublier ce 3 avril 2018. Pourtant, elle aimerait que ce jour ne soit jamais arrivé, qu’il s’agisse d’un mauvais rêve. Un cauchemar dont elle se réveillera pour retrouver ses deux filles Lila et Adélaïde. Jeudi, elle devra cependant revivre l’horreur à l’ouverture du procès du conducteur qui a brisé sa vie.

Ce jour-là, aux alentours de 19 heures, la jeune maman rentre chez elle avec ses trois enfants : Lila (3 ans et demi), Adélaïde (26 mois) et son nouveau-né Isaac (un mois). Au volant de son monospace, comme elle explique dans son livre « Elles s’aimaient très très fort » et aujourd’hui au Parisien, Nadia n’est pas rassurée. Il faut dire que l’orage qui s’abat sur la région donne lieu à d’abondantes précipitations, réduisant la visibilité.

Dans les derniers mètres qui l’amènent chez elle, la maman voit débouler à toute vitesse une Maserati noire juste avant un virage. La vitesse et les conditions météos ne permettent aucune bonne issue… « Le temps que je réalise, la voiture était déjà encastrée dans la mienne ». La collision frontale est d’une rare violence… tout comme les conséquences.

« Vous comprenez tout de suite… »

Nadia perd connaissance avant d’être réveillée par les cris d’Isaac. Lorsqu’elle se retourne, il est le seul à pleurer. Ses deux sœurs, elles, restent silencieuses. « Vous comprenez tout de suite quand quelqu’un est en arrêt cardio-respiratoire. Son teint devient bleu », confie la maman. Les secours arrivent sur place et la petite Adélaïde est héliportée vers l’hôpital le plus proche.

Pour Lila, l’espoir n’existe déjà plus même si l’annonce n’est pas faite sur le moment pour préserver la maman en raison de son état de santé. La fillette de trois ans est évacuée en ambulance. « Au fond de moi, je le savais. Ce n’était pas normal, vu son état, qu’elle ne soit pas héliportée ». Adélaïde se battra mais perdra son combat le lendemain.

Facebook Lila&Adelaïde

« Elles ont été victimes du coup du lapin. À leur âge, les muscles du cou ne sont pas assez puissants pour résister à un choc aussi violent », explique aujourd’hui Nadia. Le petit Isaac sort lui de l’accident avec un traumatisme crânien et une facture du fémur gauche. « C’est un miraculé. La chance qu’il a eue, c’est qu’il n’avait qu’un mois. À cet âge, le cerveau est plastique », confie une ex-sophrologue au Parisien.

Facebook Lila&Adelaïde

S’il a aujourd’hui fêté ses 18 mois, Isaac garde toute de même des séquelles neurologiques. « Il est sujet aux crises d’épilepsie. Il en a fait une il y a dix jours », explique Nadia. « Son état nécessite, au quotidien, une attention renforcée : il risque de développer des troubles moteurs, du comportement et de l’apprentissage du langage », précise Le Parisien.

« Je suis morte avec mes filles, mais je dois désormais reconstruire une vie parallèle »

Le retour à la vie est difficile pour Nadia. Sans ses filles, la jeune maman sombre et finit, un après-midi, par avaler une quantité massive de médicaments. « Je me suis réveillée dans une chambre d’hôpital, la bouche charbonneuse. C’est ce jour-là que j’ai décidé de me battre. Pour Isaac, qui tient le coup, lui, sans se plaindre. Je suis morte avec mes filles, mais je dois désormais reconstruire une vie parallèle, pour lui », raconte-t-elle.

Facebook Lila&Adelaïde
Facebook Lila&Adelaïde

Aujourd’hui, Nadia veut que le chauffard qui a coûté la vie à ses deux filles ne puisse plus récidiver. Surtout car les gendarmes de la brigade territoriale de Sissonne parlent d’un multirécidiviste de la route, « accro à la vitesse », selon la maman. Son procès pour double homicide involontaire et blessures involontaires s’ouvre ce jeudi 19 septembre.

Notre sélection vidéo