Eddy Michel avait annoncé «qu’il en avait marre et qu’il allait tuer ses enfants»: ces menaces n’avaient pas été prises au sérieux

Eddy Michel avait annoncé «qu’il en avait marre et qu’il allait tuer ses enfants»: ces menaces n’avaient pas été prises au sérieux

Eddy Michel avait déjà menacé à plusieurs reprises de tuer ses enfants, ont confirmé mercredi plusieurs témoins devant la cour d’assises de Liège. Ces menaces n’avaient pas été prises au sérieux. Une psychologue avait même estimé qu’il s’agissait de propos similaires à ceux prononcés par des personnes en difficulté ou en souffrance.

Sous les conseils de ses collègues, Eddy Michel avait consulté une psychologue à laquelle il avait confié, lors d’une première séance, qu’il avait l’intention de mettre fin à ses jours, à ceux de son ex-compagne et à ceux de ses enfants. Convoquée comme témoin, cette professionnelle de la santé a, dans un premier temps, refusé de témoigner à l’audience publique. Une demande de huis clos avait ensuite été formulée par la défense mais elle a été rejetée dans un arrêt prononcé par la cour.

Une professeure avec laquelle Eddy Michel a eu une aventure témoigne.

Cette psychologue, qui était aussi celle de l’école où l’accusé a travaillé, n’a fait que confirmer les éléments révélés lors de son témoignage devant un juge d’instruction. Elle a confirmé qu’Eddy Michel avait bien tenu des propos menaçants envers les membres de sa famille. Mais il ne les avait pas répétés au cours de séances suivantes. « J’ai constaté que c’était juste une idée et qu’il évoquait ces choses-là comme beaucoup de personnes qui sont en difficulté ou en souffrance », a-t-elle confié.

Une collègue de travail, avec qui l’accusé avait eu une liaison passagère juste avant les faits, a confirmé qu’il ne se remettait pas en question et qu’il se montrait fataliste. Il était tendu, amaigri et à bout de nerf.

D’autres collègues d’Eddy Michel l’ont décrit comme un homme têtu et qui défendait ses idées. « Il était borné dans son idée de vie de famille et ne voulait pas entendre parler de séparation. Il ne voulait pas qu’un autre homme entre dans la vie de ses enfants ou de Madeleine. Il était jaloux et nerveux », a indiqué une enseignante.

Un autre témoin a encore confirmé que l’homme, dévoré par le stress, avait annoncé « qu’il en avait marre et qu’il allait tuer ses enfants ».

Les jurés ont également pu entendre les témoignages de voisins qui avaient assisté à une partie des faits. Certains d’entre eux avaient été réveillés par des cris d’enfants et d’un homme ainsi que par des bruits de portières. Une voisine avait assisté à la dispute lors de laquelle l’accusé criait sur sa compagne, alors que les enfants pleuraient. « J’ai vu Eddy Michel jeter un pavé en direction de Madeleine Bosly. Il a ensuite pris un deuxième pavé lancé sur la fenêtre de la voiture. Elle est ensuite montée dans sa voiture et s’est éloignée de l’endroit », a précisé cette voisine.

Une autre voisine, qui habitait la maison mitoyenne, avait assisté de manière auditive à une partie de la scène fatale aux enfants. Elle avait notamment entendu le cri d’un enfant, puis les bruits de pas rapides. Moins de deux minutes après le dernier cri d’enfant, cette voisine entendait crier Eddy Michel alors qu’il demandait à son père de ne pas monter à l’étage.

► Retrouvez ici tous les témoignages.

Notre sélection vidéo