«N’y allez pas»: les graves révélations du conducteur de la Fiat Uno blanche sur la mort de Lady Diana (vidéo)

Photos
© D.R.
© D.R.

Il s’appelle Le Van Thanh. Aujourd’hui âgé de 44 ans, il est devenu un bodybuilder de renom. Le Van Thanh, un Français d’origine vietnamienne, était le propriétaire d’une Fiat Uno blanche, identique à celle qui a eu un accrochage avec la Mercedes de Lady Diana quelques instants avant le crash dans le tunnel de l’Alma, qui a tué la princesse, son compagnon Dodi Al-Fayed et son chauffeur Henri Paul. Depuis lors, l’homme refusait toujours de parler de ce qu’il s’était passé le soir de la tragédie. Officiellement d’ailleurs, le conducteur de la Fiat Uno n’a pas été retrouvé et sa fuite aurait été la conséquence de la panique suite à la collision.

Le Van Thanh est depuis longtemps dans le collimateur de Scotland Yard, qui cherche désespérément à l’interroger. Pas étonnant : comme l’a confirmé son propre père en 2006, Le Van Thanh avait décidé de repeindre sa voiture en rouge, quelques heures seulement après l’accident. Son père avait même ajouté que le jeune homme avait réveillé son frère mécano en pleine nuit pour l’aider.

Isopix

Un accrochage

À quel niveau est-il impliqué ? De nombreuses théories du complot ont surgi après la mort de Lady Di et de son amant Dodi Al-Fayed. L’une de ces théories, notamment, insinue que la Fiat Uno aurait volontairement foncé sur la Mercedes afin de provoquer le crash. Une enquête à plus de quatre millions d’euros, publiée en 2006, a toutefois prouvé qu’aucun membre de la famille royale, ou des services secrets français ou britanniques, n’avait conspiré afin d’assassiner la princesse de Galles.

Une enquête a conclu à un accrochage entre les deux véhicules, qui roulaient dans le même sens mais pas à la même vitesse (la Mercedes de la princesse roulant à très vive allure), comme point de départ de l’accident fatal.

M. Thanh, 22 ans à l’époque, avait été formellement identifié comme le conducteur filmé dans le centre de Paris lors de la nuit en question. Les traces de peinture retrouvée sur sa voiture correspondaient également avec celles trouvées sur la Mercedes et il possédait un rottweiler, semblable au « gros chien » repéré par des témoins à l’arrière de la Fiat.

L’homme a longtemps affirmé qu’il n’avait rien à voir avec le crash. Selon Lord Stevens, ancien commissaire du Metropolitan Service de Londres, le conducteur de la Fiat aurait eu peur d’encourir des poursuites judiciaires pour avoir quitté les lieux de l’accident.

Il parle pour la première fois

Vingt-deux ans après l’accident qui a coûté la vie à la princesse, Le Van Thanh a brisé le silence dans les colonnes du Daily Star, en portant de graves accusations à l’encontre des autorités françaises.

Il a confirmé que c’était bien sa Fiat Uno blanche qui en 1997 a été touchée par la voiture de Diana, quelques instants avant son accident tragique dans le tunnel parisien. Il explique que les autorités françaises et britanniques l’avaient à l’époque bel et bien identifié et qu’il avait été interrogé à l’époque par la police française. Il n’avait eu aucun contact avec les enquêteurs britanniques, qui auraient bien aimé l’interroger.

Ces derniers lui avaient demandé de venir au Royaume-Uni pour s’expliquer sur le déroulement des faits. Mais selon lui, la police française lui aurait ordonné de ne pas s’y rendre et de ne pas coopérer avec eux.

Le Van Thanh
Le Van Thanh - Instagram

« Vous savez ce que la police française m’a dit ? ’Ce n’est pas la même loi qu’en France, n’y allez pas. N’y allez pas’ », a-t-il confié au Daily Star .

Après avoir longtemps nié, Le Van Thanh se dit maintenant prêt à parler aux enquêteurs de Scotland Yard. Il se dit «  innocent  » quant à une éventuelle implication dans la mort de la princesse et affirme que l’accrochage entre sa Fiat Uno et la Mercedes de Diana n’est pas responsable de l’accident fatal.

Selon le Daily Star, ces déclarations ont déclenché au Royaume-Uni des appels à la réouverture de l’enquête sur la mort de la princesse.

Notre sélection vidéo