Abonnez-vous pour 1€

Mort de la louve Naya: deux chasseurs interpellés en zone interdite

Mort de la louve Naya: deux chasseurs interpellés en zone interdite
DR

On sait en effet que pour certains d’entre eux, malgré le travail d’information mis en place et les mesures de protection qui entourent le grand canidé, le loup reste considéré comme un prédateur qui n’a pas sa place en Belgique.

La mort de Naya semble se confirmer. Deux chasseurs ont été interpellés ces derniers jours dans la zone où la louve se trouvait avant de disparaître.

Empoisonnée

L’Instituut Natuur en Bosonderzoek (INBO), qui remplit en Flandre le même rôle que le Réseau loup en Wallonie, a mené une enquête pendant des semaines, inquiet de ne plus voir une seule trace de Naya, malgré les appareils photos dispersés un peu partout dans le domaine militaire où elle se trouvait et qui se déclenche automatiquement en cas de mouvements. D’autant qu’une information anonyme faisait état d’une mort de la louve par empoisonnement à l’initiative intentionnelle de chasseurs. Le parquet avait été avisé car le loup fait chez nous l’objet d’une protection absolue. Finalement, aucune trace de poison n’a été découverte dans les excréments de loups retrouvés dans le coin. La mort par maladie a été écartée de la même manière. Finalement, une observation de la zone avec des drones a été mise en place.

Les drones ont permis de repérer un véhicule tout terrain dans la zone interdite à toute circulation. A son bord se trouvaient deux chasseurs avec des fusils chargés, prêts à tirer. Les chasseurs ont été interpellés. Ils font l’objet d’une enquête et leurs permis leur ont été retirés. Mais rien ne permet de prouver actuellement qu’ils ont une quelconque responsabilité dans la disparition de Naya et de ses louveteaux. Le corps de Naya n’a pas été retrouvé et ceux des louveteaux non plus. L’enquête judiciaire se poursuit.

Michel Royer

Notre sélection vidéo