Étrillé par Arsenal en Europa League, le Standard doit vite relever la tête et retrouver dimanche à l’Antwerp un état d’esprit plus conquérant

Étrillé par Arsenal en Europa League, le Standard doit vite relever la tête et retrouver dimanche à l’Antwerp un état d’esprit plus conquérant

C’est à 17h08 précises, vendredi, que l’avion affrété par le Standard s’est posé sur le tarmac de Bierset, après un vol d’une durée de 51 minutes au départ de l’aéroport international de Luton. Un vol très court donc, mais marqué par la traversée d’une zone de turbulences, beaucoup moins importante toutefois que celle qui avait balayé, vingt heures plus tôt, l’équipe liégeoise appelée à défier Arsenal sur la pelouse de l’Emirates Stadium.

Formulées à froid, les analyses n’avaient finalement pas changé, hier, d’un iota : comme Michel Preud‘homme l’avait souligné jeudi juste après le coup de sifflet final de la rencontre, tout a été beaucoup trop vite pour ce Standard-là. Que les choses soient claires, si on savait qu’il faudrait aux joueurs liégeois un véritable exploit pour grappiller un point en terres anglaises, on s’attendait à voir sur le terrain une équipe principautaire un peu plus combative et engagée.

À Sclessin, avant le match contre l’Antwerp, l’heure est désormais à la remobilisation.

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ pendant 3 mois !


Notre sélection vidéo