Choc ce dimanche au Bosuil: le Standard devra répondre au défi physique de l’Antwerp

Choc ce dimanche au Bosuil: le Standard devra répondre au défi physique de l’Antwerp

Quand on évoque l’opposition entre l’Antwerp et le Standard, les souvenirs se mêlent aux rancœurs dans les têtes des garçons ayant défendu les couleurs des deux camps, de quoi faire bouillir les débats avant qu’ils ne débutent. Une situation souvent confirmée sur un terrain qui n’a pas encore vu le Standard l’emporter depuis le retour du Great Old en Division 1.

Dans les gradins, le grand amour n’existe pas entre les deux directions, de quoi pousser Bruno Venanzi à ne pas être présent cet après-midi. Bref, l’évocation de ces matches verse trop souvent (rapidement ?) dans le soufre et la puissance physique.

Toutefois, et si on se base sur les acquisitions anversoises en toute de fin de mercato estival, la tendance pourrait s’inverser. Kevin Mirallas, Steven Defour et Manuel Benson, pour ne citer qu’eux, sont venus se joindre à des amoureux du beau geste comme Lior Refaelov ou Dieumerci Mbokani. Souvent louée pour son engagement, parfois conspuée pour la même vertu, la bande à Laszlo Bölöni est bien plus qu’un amas de muscles prêts à tout renverser sur son passage. La justesse technique et les combinaisons au sol sont davantage privilégiées, de quoi confirmer qu’on va enfin pouvoir parler en termes footballistiques dans quelques heures.

Une remarque qui place forcément le Standard face à un immense défi, un de plus après le choc wallon amer et la désillusion contre un Arsenal bien trop fort. Chaque rouage de l’échiquier de Michel Preud’homme aura à cœur de faire amende honorable après la raclée prise à Londres. Pour y parvenir, il faudra se servir des errements observés lors des deux précédentes sorties, entre le défi physique imposé par les Carolos et la vitesse d’exécution des Gunners.

Si la faillite fut collective en Europe, la ligne défensive liégeoise sera attendue au tournant, tout simplement parce que l’un des meilleurs artificiers du Royaume sera aux avant-postes du côté local : Dieumerci Mbokani, sa puissance, sa vitesse, sa roublardise et sa technique. Un gars qui se fait oublier avant de piquer, un élément qui permettra peut-être à Zinho Vanheusden de retrouver de la confiance après sa sortie manquée jeudi dernier. À peine revenu de blessure, le grand espoir n’a pas encore affiché l’intransigeance qu’on lui connaît d’ordinaire. À lui de se réveiller, au même titre que ses partenaires, attendus de pied ferme par une kyrielle d’anciens de la maison rouge et blanche. Ceux qui, au travers de leur immense expérience, mettront tout en œuvre pour jouer un mauvais tour à des Rouches en quête de réponses aux interrogations soulevées ces derniers jours. Pour les balayer, et à l’aube d’un mois d’octobre bourré d’affiches, la collectivité devra se mêler à la frivolité proposée à de nombreuses reprises par les leaders liégeois.

Et si, pour une fois, on ne parlait que de foot au Bosuil ?

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ pendant 3 mois !


Notre sélection vidéo