Dennis Praet sur son manque de temps de jeu chez les Diables: «C’est à moi de montrer ce dont je suis capable en sélection»

Dennis Praet sur son manque de temps de jeu chez les Diables: «C’est à moi de montrer ce dont je suis capable en sélection»
Belga

Jeudi soir, les Diables rouges reçoivent Saint-Marin en match qualificatif en vue de l’Euro 2020. Pour valider leur participation au tournoi européen, les Belges n’ont besoin que d’un seul petit point face à leur adversaire.

A deux jours de ce match, Dennis Praet, auteur de bonnes prestations à Leicester aux côtés de Youri Tielemans, et Hans Vanaken, l’homme fort du Club de Bruges, seront présents en conférence de presse pour répondre aux différentes questions des journalistes.

Dennis Praet a évoqué son récent changement de club, et surtout de championnat : « Tout se passe bien. Je suis très content avec ce pas que je fais dans ma carrière en allant en Premier League. Il y a quand même une différence entre l’Angleterre et l’Italie. Il y a plus d’intensité pendant les entraînements et pendant les matchs. Je dois m’adapter à cette nouvelle façon de jouer. Ca joue beaucoup plus rapidement, ce qui donne plus d’espace. Mais je ne vais pas dire que c’est un meilleur championnat car j’aimais beaucoup l’Italie. »

Interrogé par un journaliste espagnol sur les critiques ciblant Thibaut Courtois (anxiété) et d’Eden Hazard (au-dessus de son poids de forme) avec le Real Madrid, Praet a pris la défense du gardien des Diables rouges : « Je pense que Courtois est toujours l’un des meilleurs gardiens au monde. Je ne suis pas vraiment ses performances donc je ne peux pas juger s’il était bon ou mauvais mais pour moi, il reste l’un des meilleurs. Et quand je vois Eden Hazard jouer ici, c’est l’un des meilleurs également. Donc les deux joueurs sont de classe mondiale. Ce n’est pas vraiment correct de parler d’eux comme ça. »

Malgré des bonnes prestations en club, Dennis Praet n’a pas toujours le temps de jeu espéré en équipe nationale, où les places sont chères. Mais le Diable rouge reste confiant : « Je veux toujours jouer, c’est normal. Mais il y a beaucoup de concurrence avec des joueurs qui ont déjà prouvé pas mal de choses. C’est à moi de montrer ce dont je suis capable en sélection. Au début, j’étais content d’être repris mais on en veut toujours plus. J’espère que dans le futur, j’aurai plus de minutes. Je crois que l’entraîneur me voit comme un numéro 8 dans son système et c’est pour ce poste que je m’entraîne. Je crois que c’est ma meilleure position sur le terrain. »

Notre sélection vidéo