3.000 fichiers pédopornographiques retrouvés sur l’ordinateur d’un Plombimontois

Il prenait du plaisir à regarder des enfants sexuellement agressés.
Il prenait du plaisir à regarder des enfants sexuellement agressés. - Photo News

Un trentenaire, habitant Plombières, a comparu mercredi devant le tribunal correctionnel d’Eupen pour la détention et le partage de fichiers à caractère pédopornographique.

C’est une dénonciation, par une entreprise américaine spécialisée dans la lutte contre la pédopornographie qui est à l’origine du dossier.

« Cette entreprise a découvert que certains fichiers étaient partagés via une adresse IP belge et c’est suite à cela qu’une perquisition a été menée, à La Calamine où il était domicilié », a indiqué la substitut du procureur du Roi. Lors de cette perquisition, le matériel informatique du prévenu a été saisi et 3.000 fichiers mettant en scène des enfants, parfois très jeunes, ont été retrouvés.

Le trentenaire, qui est en aveux, explique être homosexuel et avoir cherché, sur internet, des vidéos pornographiques.

« Je suis tombé par hasard sur des images avec des enfants. Cela m’a procuré du plaisir donc j’ai ensuite cherché ce genre de photos », a indiqué le prévenu qui reconnaît avoir pris conscience de la gravité des faits après la perquisition policière.

Pour ces faits, le parquet a requis une peine de 18 mois de prison sans toutefois s’opposer à un sursis partiel probatoire.

L’avocat de la défense s’est dit favorable à un sursis probatoire estimant que la prison ne serait pas adaptée à la situation du prévenu, au risque de le déclasser socialement.

Jugement le 13 novembre.

Notre sélection vidéo