Occupation de l’aéroport de London City par des militants d’Extinction Rebellion

AFP
AFP

«Nous confirmons qu’un certain nombre de manifestants sont arrivés à l’aéroport», a informé sur Twitter l’aéroport, vers 9H30 indiquant que celui-ci restait «pleinement ouvert et opérationnel». Plusieurs personnes ont été arrêtées.

Les activistes d’Extinction Rebellion avaient annoncé mercredi leur intention de mener une occupation «à la hongkongaise» du terminal en s’asseyant, se couchant ou se collant devant les portes des départs et arrivées de l’aéroport londonien. S’ils ne parviennent pas à mener leur action à l’intérieur de l’aéroport, les militants «le bloqueront depuis l’extérieur», faisant barrage aux navettes ferroviaires et accès routiers, ont-ils averti.

Ils jugent incompatible l’extension de l’aéroport avec la crise climatique et «l’urgence écologique» déclarée par le Parlement, ainsi que les engagements du gouvernement d’atteindre en 2050 un bilan carbone neutre. Au Royaume-Uni comme dans d’autres pays, Extinction Rebellion demande que cet objectif soit avancé à 2025.

«L’aéroport de London City prévoit de doubler le nombre de ses vols», a dénoncé Rupert Read, l’un des porte-parole du mouvement écologiste, soulignant que l’infrastructure est utilisée «de manière disproportionnée par les jets privés et les financiers».

Des cinq aéroports de la capitale britannique, London City, qui compte une piste, est le plus proche du centre-ville. Il a vu passer 4,8 millions de passagers en 2018.

La police londonienne a annoncé mercredi soir avoir arrêté 800 personnes depuis le début de la mobilisation londonienne d’Extinction Rebellion lundi.

Notre sélection vidéo