Francis Kaiser devra répondre de l’assassinat de sa compagne Christine Dupont dès mercredi

Illustration.
Illustration. - VDN

Francis Kaiser a mis fin aux jours de Christine Dupont, sa compagne quinquagénaire, le samedi 5 août 2017 dans la chambre d’un hôtel de la rue des Guillemins à Liège. Le couple aurait fait le projet d’un suicide commun. Mais après avoir mis en œuvre celui de Christine Dupont, Francis Kaiser n’a pas eu le courage de procéder au sien.

Francis Kaiser s’est présenté le même jour à la police des chemins de fer de Liège. La victime a été étouffée à l’aide d’un sac en plastique attaché à l’aide de colliers Colson.

Selon l’accusé, le couple séjournait depuis plusieurs jours dans cet hôtel. Francis Kaiser et Christine Dupont auraient fait un pacte qui devait se conclure par leur suicide commun. Le couple rencontrait des difficultés financières, allait perdre son logement et redoutait de devenir sans-abri.

Il aurait été convenu que Christine Dupont devait ingurgiter un cocktail de médicaments et d’alcool avant de se suicider, la tête emballée dans un sac en plastique. Après une première vaine tentative, Francis Kaiser aurait appuyé la seconde tentative pour parvenir au décès.

L’accusé a précisé lors de ses interrogatoires qu’il était prévu qu’il s’occupe d’abord du suicide de Christine Dupont, puis qu’il se jette sous un train à la gare des Guillemins toute proche. Selon Francis Kaiser, leur crainte était que l’un d’eux survive.

L’homme sera défendu par Me Pascal Rodeyns et Me Séverine Solfrini. La substitute Françoise Zegels soutiendra l’accusation lors du procès présidé par Philippe Gorlé. Les débats devraient durer cinq jours.

La première audience de mercredi à 14h00 sera consacrée à la constitution du jury. Les débats au fond débuteront le lundi suivant à 9h00 par la lecture de l’acte d’accusation.

Notre sélection vidéo