Marc Dutroux pourrait vivre dans une communauté religieuse s’il devait être libéré: «La piste la plus sérieuse»

Quel plan de reclassement
?
Quel plan de reclassement ? - SP

Bruno Dayez et Nicolas Cohen, les deux avocats de Marc Dutroux, observent un silence religieux à quelques heures de l’audience devant le TAP (jeudi) où ils tenteront de convaincre les juges de désigner un collège d’experts pour évaluer l’état psychique et la dangerosité de leur client. Cette demande n’est qu’une étape qui vise, au final, à obtenir sa libération conditionnelle d’ici 2021.

Rien n’est gagné pour Dutroux, 62 ans. S’il est expertisé dangereux, le TAP ne prendra sans doute pas le risque de le libérer. Mais dans le cas contraire, rien ne pourrait l’empêcher de bénéficier des mêmes faveurs que ses deux acolytes dans ce dossier, Michelle Martin (libérée en 2012) et Michel Lelièvre (libéré d’ici mars). Et de quitter la prison de Nivelles.

>>> Comme pour Lelièvre, le TAP lui interdirait certaines provinces

Pour aller où ? « Je travaille à un plan de reclassement pour Marc Dutroux », nous disait son avocat Bruno Dayez en juillet 2017. « Un plan sur lequel je préfère rester discret ».

Lorsqu’on lui demandait s’il envisageait d’envoyer Marc Dutroux dans une communauté religieuse (comme Michelle Martin, qui fut accueillie par les sœurs Clarisses à Malonne), Me Dayez répondait ceci : « J’ai commencé des contacts. La piste de la communauté religieuse est la plus sérieuse. C’est une éventualité. Il faut en tout cas mettre Marc Dutroux à l’abri de représailles. Prévoir pour lui une sorte de confinement, mais hors de la prison. L’assigner à résidence, avec le bracelet électronique, est une possibilité. On n’imagine pas Marc Dutroux déambuler dans la rue. Il serait à la merci de n’importe quel Zouf qui voudrait l’éliminer. Je crois que libre, Marc Dutroux sera plus en danger que dangereux ».

>>> S’il finit par être libéré, à quel âge pourrait-il être complètement libre et sans surveillance ?

Notre sélection vidéo