La saison de NBA reprend ses droits mardi dans un championnat plus ouvert que jamais

La saison de NBA reprend ses droits mardi dans un championnat plus ouvert que jamais
Photo news©

Le championnat professionnel nord-américain de basket (NBA) reprend ses droits mardi avec une compétition plus ouverte que jamais. Plusieurs franchises ont réalisé de retentissants mouvements de joueurs, ce qui remodèle la carte de la NBA. C’est parti pour environ six mois avec 82 matches pour chacune des 30 équipes réparties équitablement en deux Conférences (Est, Ouest), à une moyenne de 3 par semaine. Des playoffs ensuite seront chargés de désigner le successeur de Toronto Raptors, première franchise canadienne à décrocher le titre NBA en juin au grand dam des Golden State Warriors, finalistes.

Toronto inaugurera d’ailleurs la saison en recevant les Pélicans de la Nouvelle-Orléans alors que le second match de la première journée mardi saluera le premier derby californien entre les Lakers et les Clippers.

En ce qui concerne les forces en présence, le départ de Kevin Durant de Golden State à Brooklyn a carrément acté la fin de l’ère des «Big 3». Les meilleures équipes sont désormais portées par deux joueurs vedettes.

Leonard et George, « meilleur duo de la League »

Du côté des Clippers par exemple il s’agira de Kawhi Leonard et Paul George, qui auront pour mission de permettre à l’autre franchise de Los Angeles de se positionner enfin sur la carte, n’ayant jamais dépassé jusqu’ici les demi-finales de la Conférence Ouest. Pour Kawhi Leonard, l’exploit serait de remporter une troisième bague avec une troisième franchise, après San Antonio et Toronto (en juin). Paul George, arrivé en provenance du Thunder d’Oklahoma City, qualifie leur association de ’meilleur duo de la League’.

Les Lakers espèrent eux que le duo LeBron James et Anthony Davis sera dans la lignée des historiques associations West/Chamberlain, Magic/Abdul-Jabbar ou Bryant/O’Neal. Il est grand temps car LeBron James va déjà sur ses 35 ans, même si son physique et ses performances restent intacts. Mais comme il se plaît à le rappeler, «ce n’est pas le duo qui compte, c’est ce qu’il y a autour». Or, malgré le renfort précieux de Danny Green, qui sait gagner des titres, l’effectif risque d’être court. Sauf si Rajon Rondo et Dwight Howard reverdissent, si Kyle Kuzma prend son envol et si DeMarcus Cousins, blessé, rejoue. Beaucoup de si.

A Houston, on a James Harden et Russell Westbrook. Associés de 2009 et 2012 à Oklahoma City, où ils formaient avec Kevin Durant un trio pas encore tout à fait All-Star, les deux amis, devenus séparément MVP de la NBA en 2017 et 2018, leur duo «va faire peur», assure Russell Westbrook.

Ne pas mésestimer les Warriors

Stephen Curry et Klay Thompson, c’est le duo de choc des Warriors à Golden State. Ensemble, ils ont déjà été champions en 2015 avant de le redevenir en «Big 3» avec Kevin Durant (2017, 2018). Lorsque Klay Thompson, convalescent (ligament du genou rompu en finale contre Toronto), reviendra sur les parquets, a priori fin février, les «shooteurs fous» seront des adversaires revanchards à ne surtout pas mésestimer.

A Dallas, les Mavericks comptent sur les super talents du basket est-européen avec le phénomène slovène Lukas Doncic, 20 ans, et le Letton Kristaps Porzingis, 24 ans et de retour après une longue absence après une blessure au ligament croisé du genou.

Si Brooklyn attendra pour voir ses superstars Kevin Durant (tendon d’Achille) et Kyrie Irving jouer ensemble, d’autres franchises misent sur les automatismes de duos déjà en place pour s’approcher du titre. Portland avec Damian Lillard et C.J. McCollum, Milwaukee avec Giannis Antetokounmpo et Khris Middleton, Philadelphie avec Joel Embiid et Ben Simmons, Denver avec Nikola Jokic et Jamal Murray, Utah avec Donovan Mitchell et Rudy Gobert.

Premiers pas en vue pour Williamson

La NBA suivra aussi attentivement les premiers pas de Zion Williamson, 19 ans et 129 kg (le deuxième joueur le plus lourd de la League). Aucun débutant n’avait été aussi attendu pour ses débuts en professionnel depuis LeBron James. Après seulement une année (très réussie) en Collège, dans la prestigieuse université de Duke, «Zion» a été choisi fort logiquement en juin en première place de la draft par La Nouvelle-Orleans Pelicans, où il a rejoint une équipe jeune et revancharde après le départ de sa star Anthony Davis aux Los Angeles Lakers.

La saison passée, dans le championnat universitaire (NCAA), Zion a tourné à 22,6 points et 8,9 rebonds par match, des statistiques qui lui ont valu d’être élu meilleur joueur (MVP).

Ses grands débuts étaient attendus mardi, pour la reprise du championnat. Mais ils seront retardés de quelques semaines, la faute à une blessure au genou droit.

Notre sélection vidéo