L’avocate de Carine et Gino Russo s’exprime: «De combien de ‘nouvelles chances’ Me Dayez estime-t-il que son client (Dutroux) doit bénéficier?»

Photo News
Photo News

Patricia Van Der Smissen, l’avocate de Carine et Gino Russo, s’exprime dans une carte blanche dans le journal Le Soir.

En tant que parties civiles, Carine et Gino Russo ne peuvent pas intervenir dans le débat sur la peine et sur la libération conditionnelle. C’est ce qui a poussé leur avocate à s’exprimer en leur nom.

Rappelons que Bruno Dayez, l’avocat de Dutroux, a entamé les démarches en vue d’une libération conditionnelle de son client. Il souhaite qu’un collège d’experts le voient pour déterminer si une libération conditionnelle peut être demandée. Il y a longtemps qu’il envisage une telle demande. Elle s’était manifestée une première fois dans un livre « Pourquoi libérer Dutroux ? » Et puis, lorsqu’il annonce son intention d’envoyer une « lettre d’apaisement » aux victimes. Dutroux aurait ainsi satisfait à deux des conditions en vue d’une libération.

Aujourd’hui, c’est sur ces conditions à remplir que s’exprime Patricia Van Der Smissen. « Qu’il soit bien clair qu’à ce jour, Dutroux ne remplit absolument pas la condition d’amendement envers les victimes, la lettre écrite par Me Dayez ne pouvant en aucun cas constituer une quelconque preuve d’amendement ni de regrets de la part de son client », déclare l’avocate. « De combien de ‘nouvelles chances’ Me Dayez estime-t-il que son client doit bénéficier? Et à quel prix? », écrit-elle encore.

Notre sélection vidéo