Un médecin du CHR Namur suspendu pour avoir euthanasié un patient

Le docteur Carlier écarté de son service.
Le docteur Carlier écarté de son service. - V.L

Le 17 juin dernier, un patient a été euthanasié au sein du service des soins palliatifs du CHR Sambre et Meuse à Namur. Mais quelques jours avant de mettre fin aux souffrances de ce patient, sa fille avait introduit un recours en urgence devant le tribunal des référés de Liège pour repousser la date d’euthanasie. Elle estimait que son père n’était plus capable de donner son consentement.« Et le juge a en effet demandé de suspendre la date afin de faire des vérifications », explique Charlotte Fosseur, magistrate de presse à Namur. Une expertise psychiatrique du patient avait été notamment demandée par le tribunal de première instance de Liège.

Mais le médecin en charge du dossier a estimé que son patient voulait réellement mourir car il souffrait trop. Il a alors appliqué la procédure d’euthanasie sans tenir compte du jugement rendu.

Pas d’inculpation

La fille a alors déposé plainte auprès de la justice namuroise. « On a mis le dossier à l’instruction pour assassinat », indique Charlotte Fosseur, magistrate de presse. « Cela peut paraître « hard » de donner cette prévention mais quand il y a des doutes quant au respect de la loi sur l’euthanasie, on doit s’assurer que tout a été respecté. Si toute la procédure a été respectée, il n’y aura pas de souci. Mais si cela n’est pas le cas, la préméditation pourrait par exemple être retenue. » Charlotte Fosseur souligne que le report de la date pour l’euthanasie non appliquée par le médecin ne fait pas partie de l’instruction pénale. « Cette première décision relève du civil. Au pénal, notre juge d’instruction regarde seulement si la procédure a été respectée. Et même si cela n’est pas le cas, cela ne veut pas dire automatiquement que le médecin sera condamné pour assassinat », précise la magistrate de presse.

L’enquête est en cours et elle devrait se terminer très rapidement. Mais comme l’indique notre interlocutrice, il n’y pas eu d’inculpation dans ce dossier.

>>> La direction du CHR soutient le médecin

>>> Tous les détails dans nos éditions digitales.

Notre sélection vidéo