Hakimi/Pauwels: l’enquête n’est pas annulée, le dossier se poursuit!

Hakimi/Pauwels: l’enquête n’est pas annulée, le dossier se poursuit!
News/ EG

Concrètement, les différents inculpés (au moins 27 suspects) vont-ils être renvoyés devant le tribunal correctionnel ? La question se posait depuis que le chef d’enquête a été levé de ses fonctions. Il était tombé amoureux de la compagne d’un des suspects. La chambre des mises en accusation a décidé, ce mardi en fin de journée, de la recevabilité des poursuites. Le dossier va donc pouvoir se poursuivre normalement.

« Les poursuites sont recevables. Le dossier peut se poursuivre de manière tout à fait normale, explique le parquet fédéral. Il n’y a pas lieu d’annuler l’ensemble des procès-verbaux établis par l’inspecteur en question. » Il faut dire que le chef d’enquête avait réalisé 95 % des procès-verbaux liés à l’affaire. Mais il a été écarté du service de la police judiciaire fédérale de Mons. Ce qu’on reproche à l’enquêteur, c’est d’avoir, semble-t-il, entretenu une relation avec la compagne d’un des principaux suspects, toujours incarcéré, Marwan Hammouda.

Ludovic N. aurait violé le secret de l’enquête en discutant avec l’inculpé par téléphone, et lui aurait même promis une libération sous bracelet. « L’enquêteur a eu une relation sentimentale avec la compagne d’un des principaux prévenus. En soi, ce n’est pas ça qu’on lui reproche, ce qu’on lui reproche, c’est que parallèlement à cela, il a fait des pressions auprès de cette dame et de certains inculpés, pour que ceux-ci avouent des choses qu’ils n’auraient pas commises ou qui impliquent des tiers. L’un des suspects a avoué que l’enquêteur lui avait dit que s’il n’avouait pas, et qu’il n’enfonçait pas certaines personnes, non seulement il ferait de la prison, mais sa femme pourrait être emprisonnée, et son enfant serait placé à l’assistance publique », expliquait l’avocat Frank Discepoli, en septembre dernier. Il représente le boxeur Farid Hakimi, incarcéré depuis bientôt deux ans.

L’affaire a éclaté, les avocats de la défense ont demandé l’irrecevabilité des poursuites. Mais ils n’ont pas eu gain de cause ce mardi… L’ensemble des procès-verbaux ne sera pas supprimé.

Notre sélection vidéo