Une combattante de l’Etat islamique veut quitter la Syrie : aujourd’hui, elle «regrette» et souhaite purger sa peine en Belgique

La jeune femme en 2010, cinq ans avant de rejoindre son père au sein des rangs de l’Etat islamique
La jeune femme en 2010, cinq ans avant de rejoindre son père au sein des rangs de l’Etat islamique - DR

Elle a introduit une procédure en référé qui sera examinée mercredi par le tribunal de première instance de Bruxelles, rapporte De Morgen. L’information a été confirmée par l’avocat de la jeune dame, maître Nicolas Cohen.

L’avocat représente Hafsa Sliti, 23 ans, qui séjourne dans le camp Al-Roj avec ses enfants. Ce camp est actuellement aux mains de la milice kurde FDS, mais se situe dans une zone syrienne convoitée par la Turquie.

Le père d’Hafsa Sliti est un ancien membre d’Al-Qaida qui, en décembre 2014, est entré au sein de l’Etat islamique en Syrie. Sa fille, Hafsa, l’a rejoint en janvier 2015, depuis la Belgique. L’an dernier, elle a confié à un journaliste qu’elle regrettait son choix et qu’elle souhaitait purger sa peine en Belgique.

La jeune dame demande donc, via une procédure en urgence, que les autorités belges lui octroient des documents de voyage pour elle et ses enfants, en passant par une ONG. Cette organisation pourrait alors intervenir auprès des gardes kurdes du camp et remettre la mère et ses deux enfants à des instances belges, ce qui permettrait ensuite leur rapatriement.

Notre sélection vidéo