Retour des vieilles gueuzes: les bières Eylenbosch sur le point de connaître une seconde vie

Retour des vieilles gueuzes: les bières Eylenbosch sur le point de connaître une seconde vie
Belga

Les vestiges de la brasserie Eylenbosch à Schepdaal (Brabant flamand) ne passent pas inaperçus pour ceux qui entrent dans Bruxelles par la chaussée de Ninove. Les bâtiments sont actuellement reconvertis en un complexe d’appartements et d’espaces commerciaux.

Erik De Keersmaeker, 54 ans, a relancé le brassage de lambic Eylenbosch, une bière typique du Pajottenland qui faisait la fierté à l’époque de cette brasserie historique. Le lambic n’étant plus à l’honneur dans les années ’90 du siècle passé, Eylenbosch cessa toute activité alors qu’elle était détenue depuis plusieurs années par Alken-Maes et Mort Subite, une autre brasserie de lambic où officiait la famille… De Keersmaeker.

Les anciens bâtiments vont être reconvertis mais y installer un équipement brassicole moderne n’était pas envisageable. Erik De Keersmaeker a donc sollicité la brasserie De Troch à Wambeek pour y brasser du lambic. Il a confié le brassage à Klaas Vanderpoorten, 24 ans. Ce dernier a notamment travaillé pendant six mois aux Etats-Unis, se spécialisant dans les micro-organismes présents dans les bières vieillies en fût, une étape que connaît également le lambic.

M. De Keersmaeker ne désespère pas de trouver un lieu, quelque part dans le Pajottenland, où il pourra faire reposer ce lambic. Les premières vieilles gueuzes, un style de bière résultant d’un assemblage de lambics d’âges différents, sont attendues pour juin 2021.

A terme, Erik De Keersmaeker espère disposer de sa propre brasserie et produire quelque 3.500 hectolitres annuels. Une campagne de financement participatif a été lancée afin de concrétiser ces projets.

Notre sélection vidéo