Faiblesse des taux hypothécaires : le bon moment pour racheter son crédit ?

MID Finance
MID Finance

Les taux d'intérêts sur les emprunts hypothécaires sont particulièrement bas ces derniers mois.

La faiblesse des taux incite fortement à se lancer dans un achat immobilier, mais aussi à refinancer son crédit hypothécaire en cours. Encore faut-il obtenir un nouveau taux qui engendre un avantage économique plus important que les frais provoqués par un refinancement ou un rachat de crédit.

« En règle générale, le taux hypothécaire du nouveau crédit doit être plus bas de 1% au moins par rapport à l'ancien taux, du moins si vous changez d'organisme créditeur », explique une spécialiste des prêts hypothécaires chez le courtier MiD Finance. « Par exemple, si vous avez actuellement un crédit à taux fixe à 3,00%, vous devez essayer d’obtenir un nouveau taux égal ou inférieur à 2,00%. Dans le cas contraire, l'avantage économique est faible ou nul : rien qui ne vaille la peine de passer chez le notaire. »

Attention aux frais bancaires et notariaux

Cette différence de 1% de taux doit en effet contrebalancer les frais inévitables qui vous attendent. Ceux liés à la fin de votre crédit actuel chez la banque X, à savoir l'indemnité de réemploi (trois mois d'intérêts), les frais de mainlevée, à savoir la suppression de l'inscription hypothécaire, (dont le prix dépend du montant hypothéqué).

Mais il y a encore les frais liés au nouvel emprunt hypothécaire avec la banque Y : les frais de dossier (plusieurs centaines d'euros), ainsi que les frais et honoraires de notaire pour la nouvelle inscription hypothécaire, qui dépendent également du montant à refinancer (soit plusieurs milliers d'euros de frais au minimum).

Tous ces frais peuvent être inclus dans le nouvel emprunt à rembourser à la banque Y.

« Le nouveau montant à rembourser est plus élevé que l'ancien montant car il faut ajouter les frais des deux banques et des deux actes notariaux. Et c'est avec un taux inférieur d'1% au moins que l'opération se révélera vraiment avantageuse pour l'emprunteur », résume la spécialiste en taux hypothécaire.

Une autre façon de réaliser une opération profitable est de faire baisser la durée du nouveau crédit. « Avec en contrepartie des mensualités plus importantes ou égales. Mais la durée de crédit étant plus courte, le taux d'intérêts sera plus bas également. »

Renégocier en interne parfois plus intéressant

La situation personnelle de l'emprunteur joue un rôle également. Si vous avez déjà un taux de 2,00% dans la banque X et qu’il vous est impossible d'obtenir un taux renégocié à 1,00%, ou inférieur, auprès de la banque Y. Mais vous pouvez alors toujours renégocier votre emprunt hypothécaire en interne, dans la banque X. 

« Et c'est même parfois plus intéressant, car les frais sont nettement moindres. Il n'y a pas d'inscription hypothécaire à modifier. Il faudra seulement payer l'indemnité de réemploi (trois mois d'intérêts) et les frais de dossier (quelques centaines d'euros). Par exemple, si votre taux hypothécaire actuel est de 3,05% à la banque X,  et que vous n'obtenez pas 1,80% en externe chez la banque Y, vous pourriez obtenir 2,20% en interne à la banque X. Et comme vous évitez les frais et honoraires de notaire, vous êtes gagnant. De plus vous pouvez aussi réduire la durée de l'emprunt si vous le voulez et payer encore moins d'intérêts. »

Racheter son crédit par le biais d'une autre banque, ou le renégocier auprès du même organisme créditeur, passe souvent par les mêmes étapes que l'obtention d'un premier crédit hypothécaire. Vous pouvez donc gagner du temps (et de l'argent) en vous adressant directement à un courtier en crédit.

« Fort de ses connaissances de ses partenaires bancaires, il pourra solliciter et sélectionner pour vous les offres les plus intéressantes pour racheter votre crédit hypothécaire, ou encore, selon votre situation personnelle, négocier un nouveau taux plus avantageux avec votre banque actuelle. »

 

Attention, emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent.