«Désolée maman, je suis en train de mourir, je ne peux plus respirer»: les SMS déchirants d’une jeune victime à l’agonie dans le camion de l’Essex

Photos
«Désolée maman, je suis en train de mourir, je ne peux plus respirer»: les SMS déchirants d’une jeune victime à l’agonie dans le camion de l’Essex
AFP

Les 39 corps avaient été découverts dans la nuit de mardi à mercredi dans un camion frigorifique dans une zone industrielle de Grays, dans l’Essex, à une trentaine de kilomètres à l’est de Londres.

La remorque les contenant était arrivée peu avant, après une traversée d’environ neuf heures, du port de Zeebrugge à Purfleet, sur la Tamise, où le camion l’avait prise en charge.

Les officiers, qui interrogent encore le chauffeur du camion sur des soupçons de meurtre, présument que les victimes étaient des ressortissants chinois. Il s’agissait de 31 hommes et de huit femmes. Les corps ont commencé à être transférés dans un hôpital voisin et les premières autopsies doivent avoir lieu vendredi, selon la police qui avertit que l’« identification formelle (des victimes) sera une partie longue et cruciale de l’enquête ».

Pham Thi Tra My est pressentie comme étant une des 39 victimes du drame de l’Essex. Enfermée dans le camion, elle est morte d’asphyxie en envoyant une série de messages à sa mère, disant qu’elle « l’aimait » et qu’elle « ne pouvait plus respirer », comme en témoigne un échange publié par le Dailymail.

Dailymail

Sa famille prétend que la jeune fille avait payé des passeurs pour un montant de 30 000 livres pour venir en Grande Bretagne via la Chine, « à la recherche d’une meilleure vie ».

Ses derniers SMS ont été envoyés mardi à 10h28, deux heures avant que le camion arrive à destination. Cela signifie donc qu’elle aurait pu se trouver sur le territoire belge au moment de son décès.

Dans les messages en question, Pham Thi Tra dit à sa mère : « Je suis désolée. Mon périple à l’étranger n’aura pas été un succès. Je t’aime tellement. Je meurs parce que je ne peux plus respirer. »

Dailymail

Le frère de la victime a expliqué aujourd’hui à la BBC qu’elle leur avait dit de ne pas essayer de la contacter parce que les « organisateurs » ne lui permettaient pas de recevoir des appels. Il ajoute qu’elle a d’abord été en Chine depuis sa maison à Can Lộc au Vietnam, avant de partir pour la France. Elle avait fait une première tentative de traversée de la Manche en octobre, mais sans succès (elle a dû faire demi-tour après avoir été prise).

Des familles vietnamiennes de deux jeunes hommes, un de 26 ans et l’autre de 19 ans, auraient également contacté la BBC, craignant que leur fils puisse faire partie des 39 victimes de ce drame.

Notre sélection vidéo