Enseignant, job moins pénible qu’infirmier? Deux chercheurs de l’UCL proposent de lier la pénibilité d’un métier à l’espérance de vie au travail

Prétexte
Prétexte - 123RF

« Des sondages révèlent que plus de 80 % des citoyens sont favorables à la prise en compte de la pénibilité dans les conditions d’accès à la pension. La question se pose alors de savoir comment identifier les métiers pénibles. C’est difficile mais pas impossible », avertissent d’emblée Arno Baurin et Jean Hindriks.

Deux approches distinctes peuvent être utilisées : une approche directe et une approche indirecte. « L’approche directe est la voie suivie par le gouvernement Michel. Quatre critères avaient été définis par les partenaires sociaux : le travail physique lourd, l’organisation du travail pesante, les risques pour la sécurité et la charge mentale et émotionnelle. Cette réforme est aujourd’hui dans une impasse. Cette approche est selon nous inadéquate et mène à des discussions sans fin sur la pondération entre les critères. »

Ils privilégient l’approche indirecte  : explications.

Voici comment ils proposent de calculer la pénibilité des métiers (INFOGRAPHIES)

►► Il y a tout de même deux bémols  : tous les détails dans nos éditions digitales.

Notre sélection vidéo