Grogne des travailleurs des communes et hôpitaux bruxellois: un dialogue se profile, mais aucun engagement chiffré n’a été pris

Grogne des travailleurs des communes et hôpitaux bruxellois: un dialogue se profile, mais aucun engagement chiffré n’a été pris
Belga

Les représentants syndicaux sont sortis globalement déçus de l’échange, tout en observant une légère éclaircie dans la grisaille.

Plusieurs centaines de fonctionnaires et travailleurs des communes et hôpitaux publics de la capitale – environ 500 selon les forces de l’ordre – ont manifesté leur mécontentement, jeudi matin, devant le cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort.

Ils protestent contre l’absence de réponse à leurs revendications d’amélioration barémique et de leurs conditions de travail formulées depuis des mois. Ils mènent diverses actions depuis la rentrée.

À l’étroit dans son carcan budgétaire, la Région bruxelloise qui n’est pas leur pouvoir direct de tutelle se montre jusqu’ici peu disposée à mettre la main au portefeuille à la place des premières concernées, à savoir les communes.

Durant la manifestation, le ministre-président Vervoort (PS), le ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux, Bernard (DéFI) et Alain Maron (Ecolo), ministre bruxellois en charge des CPAS, ont reçu une délégation de travailleurs.

Les ministres et les représentants syndicaux « ont convenu d’entamer un travail commun pour améliorer la situation des travailleurs », ont indiqué les ministres, dans une communication commune, à l’issue de la réunion.

Rudi Vervoort, Bernard Clerfayt, et Alain Maron qualifient les demandes de ceux-ci de « légitimes » mais formulées « dans un contexte budgétaire extrêmement tendu tant pour la Région que pour les communes ».

« Toutefois, dès la semaine prochaine, nous travaillerons de concert avec les organisations syndicales pour répondre au mieux aux demandes des travailleurs dans ce cadre difficile. Nous examinerons l’ampleur que pourra prendre le soutien de la Région aux communes pour améliorer la situation des agents communaux, notamment par une augmentation des salaires les plus bas, en vue des travaux d’ajustement budgétaire qui débuteront dès le début de l’année 2020. Nous travaillerons également à une harmonisation du statut pour la fonction publique locale », ont-ils promis.

Du côté syndical, c’est plutôt la déception.

« Nous sommes sortis de la réunion globalement déçus malgré une petite éclaircie. Il n’y a aucun chiffre ni engagement précis et concret sur la table », a commenté le secrétaire général de la CSC services publics Benoît Lambotte.

Selon celui-ci, un groupe informel composé de représentants des ministres et des syndicats se réunira le 12. Les syndicats tenteront d’obtenir plus de concret.

Selon le représentant syndical, la date du 12 novembre sera un moment charnière. Il n’est pas question à ce stade de renoncer aux actions.

Notre sélection vidéo