Colis suspect au centre bpost de Ghlin: le personnel confiné!

Colis suspect au centre bpost de Ghlin: le personnel confiné!
NZ

Le colis, contenant de la poudre blanche suspecte, a été découvert par les employés d’une des chaînes du centre de tri, vendredi vers 7h. Les pompiers de Mons se sont rendus sur place, de même que la zone de police Mons-Quévy, qui n’a pris aucun risque et a bloqué l’accès au site. Une quinzaine de personnes, en contact direct avec la poudre ou a proximté du colis, ont été confinées dans un local, tandis que le reste du personnel était « placé en quarantaine » à l’étage du bâtiment (la cafétéria), après avoir dû patienter à l’extérieur.

Vers 9h45, la protection civile, basée à Crisnée (Liège) arrivait à Ghlin. Elle devait procéder au nettoyage et à la désinfection du lieu, et décontaminer les personnes potentiellement en contact avec la poudre. Une première analyse, sur place, a permis de déterminer que la poudre était constituée à 70 % de protéines (utilisées pour le sport, comme la musculation, ou comme complément alimentaire). Par la suite, une autre analyse a permis de confirmer qu’il s’agissait bel et bien de protéines. Toutefois, forces de l’ordre et secours avaient déjà pu identifier le destinataire du colis et penchaient donc pour une poudre non dangereuse. Mais aucun risque n’a été pris. « On part sur des principes de précaution, on agit comme si c’était le cas le plus défavorable » confirmait Benoît Filippi, de la zone de secours Hainaut-Centre.

Aux environs de 11h, les membres du personnel en contact avec la poudre ont pu rentrer chez eux. « La protection civile leur a donné de nouveaux vêtements. Ils ont pu rentrer chez eux mais ont eu pour consigne de bien se laver et de bien nettoyer leurs vêtements », nous expliquait Thomas Themans, délégué SLFP (syndicat libre de la fonction publique). Présent sur le site, mais confiné à la caféteria, il a pu rentrer chez lui vers 11h30.

Rien de grave en définitive pour le personnel. Par contre, le centre de tri, qui dessert toute la région, n’a pas fonctionné de la journée. « Quand il y a ce genre d’alerte, on doit suivre une procédure de sécurité spécifique avec la police et la protection civile. Nous n’avons pas pu distribuer le courrier aujourd’hui, mais on reprendra le travail normalement dans les prochains jours », commentait pour sa part Barbara Van Speybroeck, porte-parole de bpost.

D.R.
D.R.

D.R.

Notre sélection vidéo