Expertise ordonnée contre un oncle auteur d’attouchements

Illustration.
Illustration. - R.W.

Les faits s’étaient déroulés entre le 31 juillet et le 1er septembre 2016 à Oupeye. Le prévenu, sans emploi, avait reçu la garde de sa nièce. Alors que sa sœur lui avait attribué sa confiance pour effectuer cette garde, il s’était livré à une série d’attouchements sur sa nièce âgée de 8 ans.

Le dossier évoquait des caresses de plus en plus insistantes et se rapprochant d’actes sexuels. Le prévenu s’était lui-même dénoncé lorsque sa sœur avait découvert les faits et avait menacé de déposer plainte.

Le prévenu avait déjà été impliqué, alors qu’il était mineur, dans le même type de faits sur une autre nièce. A l’époque de ces premiers faits, une omerta planait sur la famille qui avait préféré étouffer l’affaire et n’avait imposé aucune mesure de soins au prévenu.

Le parquet avait requis une peine de 3 ans de prison tandis que la défense avait sollicité des mesures probatoires. Afin d’évaluer si le prévenu est apte à se soumettre à ces éventuelles conditions probatoires, le tribunal a décidé de solliciter l’avis d’un service spécialisé dans le traitement des délinquants sexuels.

L’affaire sera réexaminée le 14 février 2020.