Le Belgique verse neuf millions d’euros en soutien à l’armée afghane

Soldats de l’armée afghane en 2009
Soldats de l’armée afghane en 2009 - Isopix

Cette somme, provenant du budget du Service public fédéral (SPF) Affaires étrangères, servira principalement à l’entretien des équipements de l’armée nationale afghane (ANA). Elle pourra toutefois être considérée comme « une dépense de défense » telle que comptabilisée par l’Otan pour mesurer l’effort de défense de ses États membres, incités à atteindre les 2 % de leur Produit intérieur brut (PIB) d’ici 2024.

Le Conseil des ministres a marqué son accord sur la contribution belge, sur proposition de la Première ministre Sophie Wilmès et du ministre de la Défense, Didier Reynders, a précisé le gouvernement dans un communiqué – sans en révéler le montant.

Cet « ANA trust fund », créé en 2007, vise à soutenir l’armée afghane, tant en termes de formation que d’équipement. Les contributions proviennent des 29 alliés de l’Otan, de douze pays partenaires et du gouvernement afghan lui-même. Lors du sommet de l’Otan de juillet dernier, les chefs d’État et de gouvernement alliés avaient décidé de maintenir un soutien à l’ANA jusqu’en 2024.

Le montant pour 2019 – 9,4 millions de dollars – est le même qu’en 2018, après trois années (de 2015 à 2017) au cours desquelles il s’était élevé à 14,9 millions de dollars.

Cette contribution s’ajoute à l’effort militaire que la Belgique fait toujours en Afghanistan, dans le cadre de la mission « Resolute Support » (RSM) de l’Otan, qui vise à la formation des forces de sécurité locales. Actuellement, quelque 90 militaires belges sont présents à Kaboul, la capitale, mais surtout à Mazar-i-Sharif, dans le nord du pays, pour y accomplir des missions d’instruction et de sécurité.

Notre sélection vidéo