Les révélations de Pierre-Jean Chalençon (Affaire conclue) après le décès d’une étudiante: «Il avait tellement maltraité un cheval qu’il en est mort»

Vidéo
Un moment difficile.
Un moment difficile. - DR

Ce lundi, un historien russe renommé, qui a reconnu avoir tué et démembré une de ses anciennes étudiantes, Anastassia Echtchenko, 24 ans, dont il partageait la vie, a été placé en détention provisoire. Un juge a placé Oleg Sokolov, titulaire d’une chaire d’histoire à l’université d’État de la ville et grand spécialiste de Napoléon, en détention provisoire jusqu’au 8 janvier.

AFP

La police avait extrait l’éminent professeur, en état d’ébriété, samedi matin de la rivière Moïka, dans l’ancienne capitale impériale, portant un sac à dos où se trouvaient deux bras de femme et un pistolet d’alarme. Depuis, à une poignée de kilomètres, d’autres fragments du corps de la victime ont été retrouvés dans un autre cours d’eau.

AFP

Ce mardi, nos confrères de Jean-Marc Morandini ont interrogé, Pierre-Jean Chalençon, LE spécialiste français de Napoléon et surtout grand ami d’Oleg Sokolov. Dans l’émission « Crimes et fait divers », l’acheteur d’ « Affaire conclue », a avoué être sous le choc : « Quand j’ai appris la nouvelle samedi, j’en ai même pleuré parce que j’ai trouvé ça terrible. Ça m’a bouleversé, parce qu’Oleg est une personne très agréable. Jamais je n’aurais imaginé qu’il puisse être capable de faire ça. C’est étonnant », a-t-il expliqué en direct.

S’il a confirmé qu’il avait « des accès de folie de temps à autre », Pierre-Jean Chalençon n’aurait jamais imaginé qu’il aille si loin : « Une fois, il avait tellement maltraité un cheval qu’il en est mort. Il lui avait donné des coups. Il avait ce côté slave. Il pouvait être très doux, très délicat. Quand il avait un accès de colère ou d’alcool, il pouvait être assez tempéreux. Mais de là à tuer quelqu’un, c’est absolument invraisemblable ».

AFP

Pierre-Jean Chalençon a ensuite confirmé le côté « schizophrène » de son vieil ami, puis rééditer son étonnement : « Il avait ses excès de folie soit quand il était sur des reconstitutions, soit quand il avait bu plus qu’un peu. C’était exceptionnel. Mais de là à tuer quelqu’un ».