Seulement 14 nouveaux joueurs en trois ans: être Diable rouge sous Roberto Martinez, ça se mérite!

©News
©News

Depuis qu’il est entré en fonction en septembre 2016, Roberto Martinez a souvent eu la réputation de préserver son groupe, de ne faire que quelques ajustements dans un noyau devenu, avec le temps, assez stable. En un peu plus de trois ans, le Catalan a permis à 14 nouveaux joueurs de découvrir les joies de l’équipe nationale. Mais être Diable rouge, ça se mérite: la plupart de ces joueurs attendent encore de recevoir une vraie chance de la part du sélectionneur.

Les réussites : Tielemans et Castagne

La plus belle réussite de Roberto Martinez, c’est certainement la progression de Youri Tielemans. Appelé deux fois par Marc Wilmots, l’ex-Anderlechtois n’a connu ses premières qu’une fois sous l’aile du Catalan. L’autre bonne surprise, c’est Timothy Castagne. Le sélectionneur national avait besoin d’un nº2 au poste de piston droit, il a trouvé un véritable clone à Thomas Meunier.

En attente: Van Crombrugghe, Teunckens, Mechele, Vanaken, Trossard, Cobbaut, Verschaeren.

Les disparus: Foket, Raman, Kabasele, Limbombe, Verstraete.

Notre sélection vidéo