Le Kehrweg donne des frissons aux Rouches: depuis le retour d’Eupen parmi l’élite en 2016, le Standard n’est toujours pas parvenu à s’y imposer!

Luyindama incrédule en 2018
: victoire d’Eupen...
Luyindama incrédule en 2018 : victoire d’Eupen... - Photo News

Entre les Pandas et les Rouches, il n’y a pas de demi-mesure depuis le retour d’Eupen en Division 1A. Autant le Standard ne laisse que des miettes aux Eupenois à Sclessin (4 succès d’affilée, 1 fois 3-2 et 3 fois 3-0 !), autant le Kehrweg refroidit nettement les ardeurs liégeoises… et pas uniquement à cause de l’écart de température entre les deux villes.

Depuis 2016, avec trois entraîneurs différents (Aleksandar Jankovic, Ricardo Sa Pinto et Michel Preud’homme), le Standard a chaque fois laissé des plumes sur la pelouse… où sa section féminine a remporté la Coupe de Belgique en 2018. Au regard du plateau actuel de l’élite belge, le Kehrweg est, en termes d’attente d’un premier succès, occupe la troisième place dans le classement des terrains maudits après le Bosuil (le dernier succès en championnat remonte à 2003) et le Stayen (aucune victoire depuis 2007).

Tiré par les cheveux

La dernière (et unique) victoire liégeoise à Eupen remonte au 6 février 2011 (0-1), à l’époque du duo Dominique D’Onofrio-Sergio Conceiçao. Déjà à l’époque, le scénario avait été bousculé : un tir hors-cadre de Réginal Goreux dévié par Ervin Zukanovic dans les filets d’Olivier Werner, un penalty arrêté par Srdjan Blazic (Sinan Bolat était blessé) et un tir eupenois sur la latte avaient donné une victoire flattée et une petite vengeance sur la défaite à Sclessin (1-3).

Face aux Pandas version qatarie, le Standard y a toujours vécu des matches particuliers. En janvier 2017 lors de la première titularisation de Razvan Marin, il avait fallu une bourde de Hendrik Van Crombrugge à la dernière minute pour arracher un point (2-2). Quelques mois plus tard, les Liégeois avaient dû courir dès la 2e minute derrière un but de Mbaye Leye (actuel T2 de MPH) et n’ont décroché qu’un point malgré deux grosses occasions pour Paul-José Mpoku. Plus rageante a été la défaite le 1er septembre 2018. Après une première mi-temps dominée de la tête et des épaules (0-1 par Renaud Emond), les Liégeois ont snobé les Pandas et s’en sont mordu les doigts avec deux buts dans les dernières minutes (Yuta Toyokawa et Christian Luyindama contre son camp).

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ pendant 3 mois !


Notre sélection vidéo