Les Belges manquent d’éducation financière

Les Belges manquent d’éducation financière
123RF

Dans le cadre de son « European Consumer Payment Report », le prestataire de services financiers Intrum a interrogé 24.004 Européens, dont 1.004 consommateurs belges.

D’après les réponses reçues, la Belgique n’occupe que la 17e place sur 24 pays en ce qui concerne l’alphabétisme financier, soit « la capacité à comprendre comment gérer l’argent, c’est-à-dire l’ensemble des compétences qui nous permettent de prendre des décisions financières éclairées et efficaces ».

Par rapport à ses voisins européens, le Belge se réfère beaucoup plus à ses parents et à sa banque pour prendre des décisions financières. « Les écoles belges ont clairement un retard à rattraper par rapport à leurs homologues européens sur le plan de l’éducation financière des élèves », selon Guy Colpaert, CEO d’Intrum Belgique.

Il apparaît également que les Belges limitent moins leurs dépenses pour des raisons de durabilité que la moyenne européenne. En effet, 42 % des Européens affirment que leur intérêt pour la durabilité les a motivés à limiter leurs dépenses, contre seulement 32 % des Belges. Seuls l’Angleterre (29 %) et les Pays-Bas (26 %) affichent un pourcentage plus bas.

« Il n’est pas étonnant de voir qu’une initiative américaine telle que le Black Friday, qui permet d’acheter beaucoup en un seul jour, gagne en popularité en Belgique, aux Pays-Bas et en Angleterre », analyse Guy Colpaert.

Enfin, Intrum se dit frappée de constater que 70 % des Belges empruntent parfois de l’argent pour acheter quelque chose à leurs enfants. « La pression sociale fait que les parents qui ne peuvent pas se permettre des dépenses importantes pour leurs enfants les font quand même. En effet, les parents veulent naturellement que leurs enfants puissent porter ces vêtements coûteux ou faire ce voyage scolaire, peu importent les conséquences financières », commente M. Colpaert.

Notre sélection vidéo