Johnny, en tête des ventes d’albums, deux ans après sa mort

Photo News
Photo News

L’ex-idole des jeunes reste un gros vendeur de disques. Cette semaine, «Johnny» (répertoire version symphonique) trône en tête des acquisitions physiques et le live des Vieilles Canailles aux côtés de Jacques Dutronc et Eddy Mitchell est 3e dans le classement du Snep (Syndicat national de l’édition phonographique).

«Il est toujours le taulier, il y a cette passion des Français pour lui», commente auprès de l’AFP Michel Jankielewicz, conseiller artistique de Laeticia Hallyday, veuve de la star. «Ça veut dire que personne ne l’a remplacé et puis il n’y a pas grand chose d’autre en ce moment en chanson francophone, mis à part Céline Dion (2e des ventes physiques) et Jean-Louis Aubert (4e). En attendant la sortie de l’album de Renaud», dissèque pour l’AFP Christian Eudeline, auteur de «L’encyclopédie Johnny».

En tenant compte des flux (immatériels, prisés d’un public plus jeune) l’interprète de «L’envie» est également 3e en version symphonique et 4e en mode Vieilles Canailles (derrière Dadju, 1er, et Céline Dion, 2e). «L’album symphonique sous la direction d’Yvan Cassar apporte quelque chose et Les Vieilles Canailles, c’est un vécu, un témoignage, un document rare», souligne Christian Eudeline.

Hommage à l’Olympia

Pour combler le manque auprès des fans, l’Olympia accueille dimanche une journée Johnny, à quatre jours du deuxième anniversaire de son décès, le 5 décembre 2017. Soit trois projections concerts/témoignages du chanteur (12h00, 16h00, 20h00, une heure et demie à chaque fois) pour conter l’histoire commune de Johnny et la mythique salle de concerts aux lettres rouges.

La séance à 16ha été rajoutée devant la forte demande. «On attend à peu près 4.000 personnes, il ne doit rester que 200 places pour la séance de 16H», précise Michel Jankielewicz. Et la séance de 20h sera diffusée dans plus de 150 cinémas en France, Suisse, Belgique.

Les films sont en deux parties. Il y a d’abord des entretiens inédits, tournés par Michel Jankielewicz, où Johnny explique «comment il est devenu une star à l’Olympia», enrobés d’extraits de concerts dans cette salle (266 de 1961 à 2006). Puis il y a les duos live à l’Olympia, en 2000, «jamais diffusés», poursuit le conseiller de Laeticia, avec «France Gall, Patrick Bruel, Paul Personne, Pascal Obispo, Catherine Lara...»

Notre sélection vidéo