L’intégrité d’AXA mise en cause: des ONG belges demandent au groupe de «cesser d’investir dans l’apartheid israélien»

Pas la première fois que les décisions du groupe français sont remises en question sur le plan moral.
Pas la première fois que les décisions du groupe français sont remises en question sur le plan moral. - Belga

Elles ont écrit une lettre au patron de la filiale belge pour lui demander de cesser d’investir dans un producteur d’armes israélien et dans cinq banques israéliennes. Des militants ont en outre organisé des actions de sensibilisation vendredi matin devant quatre agences d’Axa Insurance à travers le pays.

La Ligue des droits humains, intal, la Coordination Nationale pour la Paix et la Démocratie (CNAPD) et la Fédération Internationale pour les Droits Humains, entre autres, demandent à Jef Van In, CEO d’AXA Belgium, de cesser d’investir dans le producteur d’armes israélien Elbit Systems ainsi que dans cinq banques israéliennes.

Selon ces organisations, l’entreprise d’armement fournit la technologie pour le mur construit par Israël, qui a été déclaré illégal par la Cour internationale de Justice, rappellent-elles. La société produit aussi les drones utilisés pour bombarder la bande de Gaza et des bombes à sous-munitions, affirment-elles.

Les cinq banques en question sont, quant à elles, des supports importants de la « politique d’oppression » des colonies israéliennes, dénoncent les signataires de la lettre.

Des militants belges se sont réunis vendredi matin devant les agences d’Axa Insurance de Bruxelles, Gand, Louvain et Anvers dans le cadre d’une journée mondiale d’action. Ils ont distribué la lettre ouverte aux employés et aux clients de la compagnie d’assurances.

Sollicité, Axa Belgium ne se dit pas concerné par les investissements précités et renvoie vers le siège du groupe à Paris, qui n’était pas disponible dans l’immédiat pour une réaction.

Notre sélection vidéo