Le Standard en quête d’efficacité: le match de ce dimanche contre le Cercle Bruges pourrait servir de déclic

Les Liégeois veulent que le triomphe soit total.
Les Liégeois veulent que le triomphe soit total. - News

Les supporters des Rouches s’arrachent régulièrement les cheveux ces dernières semaines. Une gestuelle qui n’a rien à voir avec les performances de leurs idoles mais plutôt parce que ces dernières ne parviennent pas à tuer leurs occasions. Le jeu est intéressant, parfois chatoyant, mais la finition se veut insuffisante. Si la chance joue parfois un mauvais tour aux Liégeois, force est de constater que c’est plus souvent la maladresse qui empêche le cuir de terminer sa course au fond des filets. Face au Cercle, le mot d’ordre sera donc l’efficacité. Hors de question de vivre une partie stressante comme ce fut le cas à Eupen voire une rencontre frustrante, à l’image de ce qu’il vient de se passer en Coupe d’Europe.

Lors de ces deux sorties, le Standard aurait pu rentrer à la pause avec le sentiment du devoir accompli, à charge de se concentrer pour assurer durant les quarante-cinq dernières minutes. Au lieu de cela, l’adversaire a pris confiance, s’est montré dangereux et a posé des soucis dans une défense qui connaît également quelques errements. En d’autres termes, et parce qu’il ne sert à rien d’épiloguer, les troupes de Michel Preud’homme doivent s’avérer plus concrètes dans les fameuses zones de conclusion. Et dans ce genre de quête, la réception d’une formation comme le Cercle de Bruges pourrait servir de déclic. Certes, la lanterne rouge reste sur un encourageant 4 sur 6 et le mur s’effrite moins aisément depuis l’arrivée de Bernd Storck, mais pour rester dans le haut du classement, les Principautaires se doivent de l’emporter.

Des solutions de la 2e ligne

À charge pour la division offensive d’enfin lâcher ses coups et de réussir le dernier geste. Troisième meilleure attaque de notre compétition, la formation rouge et blanche ne possède pas ce tueur des rectangles, capable de transformer un ballon pourri en or. Renaud Emond colle à ce profil mais il stagne tandis qu’Obbi Oulare cherche encore logiquement sa meilleure forme. Felipe Avenatti étant dans un creux, les solutions doivent venir de la seconde ligne mais, une fois encore, les statistiques ne parlent pas en faveur de Mehdi Carcela ou Paul-José Mpoku. Fort heureusement pour les gradins, le jusqu’au-boutisme de Samuel Bastien ou Selim Amallah a déjà apporté son lot de satisfaction. Leurs incursions de la seconde ligne se veulent payantes, à charge pour leurs équipiers placés plus haut d’en prendre de la graine. Pour ne plus se tracasser inutilement…

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ pendant 3 mois !


Notre sélection vidéo