Double enquête ouverte suite au décès de Raphaël, mort après une consommation de CBD par vapoteuse: «La Belgique est responsable»

Raphaël Pauwaert est décédé des suites d’une «
vapote
».
Raphaël Pauwaert est décédé des suites d’une « vapote ». - D.R.

Le Bruxellois de 18 ans est décédé début novembre à l’hôpital après avoir vapoté un appareil chargé en CBD, un composé non psychoactif du cannabis. Le professeur Luc-Marie Jacquet, qui a soigné Raphaël, y voit l’explication la plus logique de sa mort.

D’après nos sources, une information judiciaire a été ouverte au parquet de Bruxelles pour déterminer les causes et les responsabilités dans le décès de Raphaël, un jeune Bruxellois de 18 ans qui a perdu la vie le 6 novembre dernier, vraisemblablement suite à la consommation d’une huile de vapoteuse à base de cannabidiol (CBD), un des principes actifs du cannabis en vente légale.

Une seconde enquête est menée en parallèle des investigations judiciaires par l’inspection sociale du SPF Santé Publique. L’incertitude demeure quant à la molécule qui aurait coûté la vie au jeune homme mais l’inquiétude, elle, grandit. Après la nouvelle du décès, le ministère de la santé a contacté les médecins de la victime, a rédigé un procès verbal avec ses conclusions et a remis le tout au parquet. «Un premier pas dans la bonne direction «, a commenté Thierry Pauwaert, le père de Raphaël.

En effet, le meilleur ami de Raphaël, Louis, a été hospitalisé il y a dix jours après avoir présenté des symptômes similaires à ceux de son ami (toux incessante, infection pulmonaire, expectoration de sang…). Les deux Bruxellois ne se quittaient plus depuis le mois d’avril 2019 et consommaient les mêmes substances occasionnelles.

► Au moins un magasin a déjà été inspecté : nos informations exclusives sur cette double enquête.

► Louis est passé près d’être la deuxième victime de la vapoteuse : il témoigne.

► Le jeune homme pousse un coup de gueule : « La Belgique est responsable de sa mort ! »

Notre sélection vidéo