Un homme exécuté par pendaison dans une prison ce lundi: c’est la 1ere exécution de condamné à mort au Botswana depuis l’élection du président Masisi

Un homme exécuté par pendaison dans une prison ce lundi: c’est la 1ere exécution de condamné à mort au Botswana depuis l’élection du président Masisi
123RF

Mooketsi Kgosibodiba avait été reconnu coupable en 2017 du meurtre de son employeur en 2012 au Botswana et condamné à mort. Il avait fait appel de sa peine, mais la justice avait rejeté sa demande en 2018.

« L’exécution de la peine de mort de Mr Mooketsi Kgosibodiba, 44 ans, (…) a été effectuée aujourd’hui, lundi 2 décembre 2019, aux petites heures du matin, à la prison centrale de Gaborone », selon un communiqué des services pénitentiaires.

Il s’agit de la première exécution depuis l’élection à la présidence, en octobre 2019, de Mokgweetsi Masisi, membre du Parti démocratique du Botswana (BDP), la formation au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1966. Les deux précédentes exécutions remontent à 2018.

En octobre de cette année, à la veille de la prestation de serment du président, l’organisation Amnesty International avait appelé Mokgweetsi Masisi à faire de l’abolition de la peine de mort « sa priorité numéro 1 ». « La justice n’est pas rendue en exécutant des gens, et le monde s’éloigne de cette forme de punition abjecte et dégradante », avait estimé Amnesty dans un communiqué. « Il n’y a pas de place pour la peine de mort dans un pays comme le Botswana, qui a joué un rôle important de leader sur des sujets politiques difficiles, dénonçant notamment les violations des droits de l’homme sur le continent africain », avait ajouté l’organisation.

Le Botswana est le seul pays d’Afrique australe qui continue régulièrement à appliquer la peine de mort, selon Amnesty.

Notre sélection vidéo