Contestation chez AB InBev: des barrages empêchent les camions de sortir pour aller livrer la bière

Archives Belga
Archives Belga

Ces blocages ont débuté lundi en milieu d’après-midi. Les syndicats avaient alors précisé qu’ils maintiendraient leur mouvement jusqu’à la prochaine rencontre avec la direction autour de la convention collective de travail, prévue à 13h ce mardi. On ignore cependant si celle-ci aura bien lieu étant donné que l’entreprise souhaite la levée de toute action et le retour au calme avant de retrouver les syndicats.

«Quand un blocage est lancé, ce n’est pas évident de l’arrêter», a averti Marc Delvenne. Ce dernier précise que le malaise ne serait pas aussi grand chez AB InBev si le dialogue social était meilleur. «Depuis plusieurs mois, il y a un lot d’erreurs sur les fiches de paie qui ne se chiffrent pas en dizaines d’euros, mais plutôt en centaines», explique-t-il.

D’après les syndicats, la politique salariale de la filiale belge du géant brassicole est gérée depuis l’Inde, ce qui occasionne de nombreuses erreurs dans la rémunération du personnel. Les organisations de travailleurs demandent en outre une extension des garanties de sécurité d’emploi et de revenus en cas de licenciement pour des raisons économiques.

Une première grève de 24 heures avait été menée dans quatre brasseries du groupe en Belgique, le 20 novembre dernier.

Notre sélection vidéo