Abonnez-vous pour 1€

Formation fédérale: de nouvelles taxes pour l’arc-en-ciel de l’informateur Paul Magnette?

Paul Magnette
Paul Magnette - Belga

Il reste au président du PS à faire basculer carrément le VLD dans le camp de l’arc-en-ciel d’ici lundi, puisque l’on sait ce parti très divisé sur la question (Alexander De Croo reste favorable à une alliance N-VA/PS). S’il échoue, le Roi pourrait se laisser influencer par les souhaits insistants de la N-VA et du CD&V de donner une mission à De Wever, ce qui ressemblerait à une sorte de « un partout, balle au centre ».

Régularisations d’illégaux

Une majorité socialiste, libérale et écologiste ultracourte de 76 sièges sur 150 ne fait visiblement pas peur au PS qui se distancie toujours plus du CD&V... mais pas du cdH, dont les 5 élus pourraient finalement lui permettre d’élargir sa majorité à 81 sièges, à défaut de combler le trou qui sépare les partenaires flamands de l’arc-en-ciel d’une majorité dans leur camp.

Paul Magnette travaille donc à forcer le destin de l’arc-en-ciel. Il a redessiné ses notes en y ajoutant un peu de bleu. C’est une partie de ces notes-là qui a fuité cette fois. « Cela n’aide pas à créer un climat serein, car les fuites sont orientées pour fâcher d’éventuels partenaires », avouait mardi soir une source au PS. Mais l’informateur continue à travailler, assurait-on : Paul Magnette ne jetterait toujours pas l’éponge. Ni la N-VA, ni le CD&V n’a reçu la note qui envisage la régularisation de travailleurs illégaux et l’impossibilité de refuser une euthanasie. Réaction au CD&V : « Hallucinant ! ».

Taxes, quelles taxes ?

Sinon, l’informateur a gommé certains aspects « trop agressifs » pour un libéral. Exemple : exit la hausse du salaire minimum à 14 € de l’heure à l’horizon 2024, décriée par la FEB. On dit que « le gouvernement soutiendra l’augmentation des bas salaires en général et du salaire minimum interprofessionnel en particulier ».

Comment financer cela ? M. Magnette aurait évoqué, lors de consultations informelles avec les partenaires sociaux, un tiers de nouveaux revenus, un tiers de nouvelles taxes et un tiers d’autres solutions. De quoi faire hurler un politique flamand, de ceux qui répètent que la rage taxatoire du PS est de retour et que c’est le Flamand qui la paiera.

Hier soir, nous avons contacté les partenaires sociaux, prétendus témoins de l’aveu. Si le secrétaire général de la FGTB, Robert Vertenueil, n’a rien entendu, Pieter Timmermans, l’administrateur délégué de la Fédération des entreprises, disait avoir entendu cela courir, sans autre précision. Info ou intox ?

Notre sélection vidéo