Abonnez-vous pour 1€

Un étudiant sur 20 se dope pour améliorer sa capacité à étudier: une pratique qui peut avoir de graves conséquences pour la santé!

Un étudiant sur 20 se dope pour améliorer sa capacité à étudier: une pratique qui peut avoir de graves conséquences pour la santé!

Qui dit décembre dit fêtes de fin d’année… mais aussi blocus pour de nombreux jeunes. Face au stress, certains étudiants ne disent pas non un petit coup de pouce, parfois médicamenteux.

D’après une étude réalisée par l’agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS), 5 % des étudiants universitaires francophones utilisent des médicaments stimulants pour améliorer leurs performances d’études. Cela, sans aucune raison médicale. « Leur utilisation est plus fréquente pendant la période de révisions et d’examens », indique l’agence.

Mais consommer de telles substances présente des risques... L’an dernier, le centre Antipoisons a reçu 253 appels concernant des incidents liés au méthylphénidate !

219 victimes ont été recensées en 2019.

► Pour Pierre Wallemacq, l’effet réel n’est cependant pas toujours l’effet escompté...

► D’autant qu’après l’ascension, il y a bien souvent la chute.

Notre sélection vidéo