Abonnez-vous pour 1€

Plus de 150 prostituées «légales» travaillent à Liège: mais elles sont bien plus nombreuses à exercer de manière clandestine

Plus de 150 prostituées «légales» travaillent à Liège: mais elles sont bien plus nombreuses à exercer de manière clandestine
Photo d’illustration

En 2018, dans le cadre de son doctorat, Sophie André s’intéresse aux enjeux de la prostitution. Aujourd’hui professeure à l’ULiège et coordinatrice de l’ASBL Icar Wallonie, elle continue de s’intéresser au phénomène. « En 2018, nous sommes parvenus à identifier une centaine de femmes qui exercent en rue de manière ponctuelle (quartier Cathédrale nord) », détaille-t-elle. « À cela, s’ajoute une trentaine de femmes qui exercent dans les bars de la rue Varin. On compte aussi, dans le centre-ville, quelques salons de massage autorisés par le règlement communal, qui regroupent chacun de 5 à 10 personnes. »

En comptant qu’il reste actuellement cinq salons de massages officiels, on arrive à un total variant de 155 à 180 travailleuses, environ.

►► Elles sont néanmoins bien plus nombreuses à travailler clandestinement

►► Témoignage : Linda reçoit chez elle, elle nous explique son quotidien

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be