Abonnez-vous pour 1€

Atlantic Challenge - Des Canaries aux Caraïbes, deux bateaux belges s’attaquent à l’Atlantique à la rame

Atlantic Challenge - Des Canaries aux Caraïbes, deux bateaux belges s’attaquent à l’Atlantique à la rame
Photonews

L’Atlantic Challenge, une course en bateau à la rame de plus de 3.000 miles nautique (4.800 kilomètres) à travers l’Océan Atlantique, s’est élancée jeudi matin des îles Canaries, à San Sebastian de la Gomera, pour rejoindre les Caraïbes. La traversée, d’environ 40 jours pour les plus rapides, se terminera à English Harbour sur l’île d’Antigua. Parmi les 35 partants, deux bateaux belges ont pris le départ donné jeudi individuellement à partir de 10h30 (11h30 belges): les frères gantois Damien et Bernard Van Durme, en double, et Carl Plasschaert, en solo.

Les deux frères Van Durme sont d’anciens champions de Belgique d’aviron, affiliés au Sport de Gand (KRSG). Damien, 28 ans, est l’aîné (1m94/105 kg), tandis que Bernard est âgé de 26 ans (1m98/100 kg). Au rythme de relais toutes les deux heures et de périodes où ils rament ensemble, les frères Van Durme espèrent se rapprocher le plus possible du record de l’épreuve (37 jours), mais sont conscients des difficultés qu’ils peuvent rencontrer en cours de route.

Deux autres frères, également champions belges d’aviron, s’étaient déjà attaqués à la traversée en 2001, mais lors d’une organisation différente et avec d’autres points de départ (Tenerife) et d’arrivée (Barbades). Alain et Bruno Lewuillon avaient réalisé la traversée après 50 jours de galère, prenant la 3e place de la course en duo derrière deux équipages océaniens.

Moins expérimenté, mais tout aussi décidé, Carl Plasschaert fait lui partie des 7 concurrents qui s’élanceront seuls pour l’aventure. Ayant découvert l’aviron il y a un an seulement, l’Anversois est âgé de 41 ans et a pour principal but d’arriver au bout de son défi.

Un challenge qui a néanmoins un coût important, puisque les équipages doivent s’acquitter d’un droit de participation variant de 21 à 26.000 euros, suivant le nombre de rameurs, hors leurs frais d’achat du bateau, des transports et de leur nourriture.

Notre sélection vidéo