Abonnez-vous pour 1€

Luc Nem, l’homme accusé d’avoir tué sa compagne il y a deux semaines, au tribunal pour coups sur une autre femme

Luc Nem vient de comparaitre pour d’autres faits.
Luc Nem vient de comparaitre pour d’autres faits. - D.R.

Alors qu’il est détenu préventivement pour le meurtre présumé de sa compagne, Marielle Tournay, en novembre dernier, Luc Nem vient de comparaître ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Dinant pour des coups sur une autre femme. Un an de prison a été requis par le parquet de Namur.

Ces faits de coups se sont déroulés le 7 avril 2017 à Yvoir. Ils ont été commis avec la circonstance aggravante que la victime présentait une déficience physique. En l’occurrence, elle marchait difficilement et devait se déplacer à l’aide de béquilles.

« J’étais à un barbecue chez une amie quand j’ai entendu mon chien crier. Il s’était échappé et quand je suis allé voir, cette dame le frappait avec une béquille. Quand j’ai voulu le reprendre, j’ai aussi reçu un coup de béquille au visage. J’ai vu rouge », a-t-il expliqué.

Sous l’influence de l’alcool, Luc Nem s’est jeté sur cette dame qu’il a mise plusieurs fois au sol jusqu’à ce que sa compagne et des voisins interviennent. « Elle présentait des traces de griffes et avait des douleurs thoraciques et cervicales, ainsi qu’aux bras, aux jambes et aux mollets », a indiqué le parquet de Namur.

La défense a plaidé l’absorption de peine, le prévenu ayant été condamné le 2 octobre dernier à 20 mois d’emprisonnement avec un sursis probatoire pour violence conjugale. Ce à quoi le parquet s’est opposé. « On est ici dans des coups sur une dame qu’il ne connaissait pas et avec laquelle il n’avait aucun lien, aucune proximité ».

Le jugement est attendu le 23 janvier.

Rappel des faits

Dans la nuit du 27 au 28 novembre, Marielle Tournay, 40 ans, est décédée sous les coups de Luc Nem, son compagnon, au domicile de ce dernier, à Assesse. Les services de secours ont été appelés rue de la Gendarmerie vers 5h du matin par l’agresseur lui-même. Lorsqu’ils sont arrivés à son domicile, Marielle était déjà morte.

Le portrait de quelqu’un de « peu rassurant », « bruyant », « violent », « souvent alcoolisé » nous avait été dessiné par les riverains. Et pour cause : ce n’était pas la première fois que Luc, 38 ans, portait des coups à Marielle, sa compagne depuis 2016. Il avait déjà arrêté à trois reprises, en septembre 2018, en avril et en juin 2019. Il a fait un mois et demi de détention préventive fin 2018, et 5 mois de plus, entre avril et novembre 2019. Il a comparu, détenu, le 18 septembre devant le tribunal correctionnel. Le jugement était rendu le 2 octobre : 20 mois de détention, avec sursis probatoire de 5 ans.

Suite au meurtre de Marielle, Luc Nem est sous mandat d’arrêt et en détention préventive au moins jusqu’à une prochaine comparution devant la chambre du conseil.

► Le frère de Luc Nem a témoigné suite au décès de Marielle.

Notre sélection vidéo