Les grands axes de Beaumont plongés dans le noir

Bruno Lambert a sonné à toutes les portes.
Bruno Lambert a sonné à toutes les portes. - L. Dév.

L’ensemble de l’entité de Beaumont, y compris son centre-ville, s’articule autour de deux routes nationales, la N53 et la N40. Le long de celles-ci, on retrouve de nombreuses habitations, mais aussi des commerces et plusieurs écoles importantes. « Mais depuis deux mois, elles sont plongées dans une certaine obscurité », pointe le premier citoyen de la Ville. « Presque plus aucun point lumineux ne fonctionne. »

Selon Bruno Lambert, la situation est extrêmement dangereuse. « Des centaines d’enfants et adolescents se baladent autour de ces axes dans le centre, alors que les journées raccourcissent de plus en plus et que le charroi routier est important. Dans un contexte totalement différent, j’ai encore vu ce lundi dans la presse qu’une dame et son enfant étaient tombés dans la Meuse et que certains mettaient en avant le manque d’éclairage. Or, je suis civilement responsable de la sécurité de mes concitoyens. Si un drame survient demain chez nous, je ne pourrai pas faire comme si je ne savais pas. »

Il écrit au ministre

Bruno Lambert se démène donc pour essayer de résoudre le problème et en connaître la cause par la même occasion. « L’éclairage sur ces axes est du ressort de la Région wallonne. Je suis donc allé sonner à toutes les portes, j’ai passé de nombreux coups de fil, y compris à une entreprise désignée pour l’entretien du réseau. En vain ! On m’avance un souci causé par un impétrant (NDLR : un fournisseur de gaz, d’eau ou d’électricité par exemple), mais rien ne bouge. Là, en désespoir de cause, je viens d’écrire au ministre de la Mobilité, Philippe Henry. Il dispose d’autres moyens que moi et j’espère qu’il solutionnera le problème. »

La situation ne peut en effet pas perdurer pendant tout l’hiver.

Loïc Dévière

Notre sélection vidéo