La chimiothérapie de Marie-Ange (60) stoppée pendant 4 mois à cause d’une pénurie à Mouscron: «On m’a laissée comme ça, sans revenir vers moi»

Prétexte
Prétexte - 123RF

En juin dernier, Marie-Ange, une Mouscronnoise de 60 ans, apprend qu’elle est atteinte d’un cancer de la vessie. « On m’a signalé que j’avais des tumeurs cancéreuses et qu’il fallait m’opérer avant d’entamer plusieurs séances de chimiothérapie », explique-t-elle.

Sauf que le 2 septembre dernier, un coup de fil provenant du service urologie va venir tout chambouler. « Une personne m’appelle et me signale que mon traitement, qui en était à la moitié, est suspendu car le médicament, le Mytomicine, censé éviter une rechute était en rupture de stock. »

Marie-Ange n’a plus eu aucune nouvelle de l’hôpital pendant 4 mois : ses proches dénoncent.

Une solution trouvée mais à… Courtrai.

« J’ai dû être réopérée car les tumeurs étaient revenues, c’est quand même dingue quand on y pense » : témoignages.

Notre sélection vidéo