Abonnez-vous pour 1€

Formation Fédérale: le Roi prolonge la mission des informateurs Coens et Bouchez jusqu’au 28 janvier «afin de clarifier davantage les positions»

Formation Fédérale: le Roi prolonge la mission des informateurs Coens et Bouchez jusqu’au 28 janvier «afin de clarifier davantage les positions»

Les informateurs ont fait un rapport au Roi. Le Roi leur a demandé de poursuivre leur mission en vue de clarifier davantage les différentes positions. Ils feront part de leurs conclusions au plus tard le 28 janvier et feront un rapport intermédiaire le 20 janvier.

Le rapport au Roi des deux informateurs était censé il y a quelques jours encore être le dernier avant de passer à un autre stade, en principe une préformation du gouvernement. Mais, vendredi, le CD&V a rappelé sa volonté d’une coalition avec une majorité également en Flandre, ce qui implique la participation de la N-VA, tandis que le président des nationalistes, Bart De Wever, a semblé faire samedi une ouverture vers les socialistes.

« Il y a eu des déclarations ces dernières heures qui ont eu vocation à changer le schéma initialement prévu », a expliqué M. Bouchez à sa sortie du Palais royal.

« Il faut maintenant que les différents partis puissent se stabiliser et occupent les mêmes positions sur une période un peu plus longue que quelques jours », a-t-il ajouté.

« L’intention est de vérifier ce qui est possible sur la base des déclarations récentes qui ont été faites », a souligné de son côté M. Coens.

Le brouillard flotte toujours autour d’une possible formule de coalition. Le scénario de la « Vivaldi », rassemblant socialistes, libéraux, écologistes et le CD&V, a beaucoup circulé ces dernières semaines mais l’insistance du CD&V à inclure la N-VA a sérieusement compromis ses chances. Le plaidoyer de M. De Wever en faveur d’une politique sociale plus forte avec en priorité un relèvement des pensions les plus basses a suscité l’intérêt des socialistes flamands et relancé l’idée de réunir la N-VA et le PS dans une coalition.

Le PS continuera à répondre à toutes les invitations des informateurs. Mais il n’a toutefois toujours pas changé sa position : un gouvernement avec la N-VA, qu’un « grand canyon » sépare du PS, n’est pas une option. En coulisses, les socialistes francophones ne sont guère impressionnés par la sortie du président nationaliste dont les propos ne sont pas jugés comme étant nouveaux.

En outre, les socialistes n’ont pas fait mystère de leur refus de « dépanner » la coalition suédoise. En d’autres termes, pas question de négocier avec la N-VA et la famille libérale. Dans ce schéma, l’Open Vld serait de trop… Or, l’informateur et président du MR a assuré qu’il ne se séparerait pas des libéraux flamands.

« Je n’ai jamais laissé tomber un membre la famille, et je n’ai pas l’intention de commencer aujourd’hui », a-t-il dit.

Notre sélection vidéo