Abonnez-vous pour 1€

C’est le choc dans l’école de Maëlle, décédée d’un choc toxique à cause d’un tampon: «On peut mourir d’être une fille, c’est injuste!»

C’est le choc dans l’école de Maëlle, décédée d’un choc toxique à cause d’un tampon: «On peut mourir d’être une fille, c’est injuste!»

Maëlle, disparue à 17 ans, ce jeudi, des suites de ce que l’on appelle un « choc toxique », était originaire de Somzée, en région namuroise, mais était scolarisée à l’institut Saint-Augustin de Gerpinnes, en région carolorégienne.

Au sein de l’établissement, sa disparition choque évidemment tout le monde.

►► La directrice de l’école la connaissait bien : son témoignage

Juliette, élève en troisième, est révoltée : « Parce que nous sommes filles, on peut mourir ! C’est effrayant, c’est injuste ! », confie-t-elle. « Il faudrait une meilleure communication, il faudrait que les industries pharmacologiques, les fabricants de tampons hygiéniques fassent quelque chose… »

►► Le décès de Maëlle touche toute une région : plusieurs associations montrent leur soutien

►► C’est la deuxième fois en peu de temps qu’un décès similaire touche la région

C’est lundi dernier, en soirée, que les premiers symptômes sont apparus. « Maëlle était revenue de la salle de sport, lundi soir, vers 20 heures, en pleine forme », a expliqué Laurence, la mère de l’adolescente. « C’est plus tard en soirée, qu’elle a commencé à faire de la fièvre, à avoir des vomissements… On a pensé à une gastro… » La nuit se passe, et la fièvre de Maëlle ne cesse d’augmenter : « Nous avons alors appelé tôt en matinée le médecin de garde. Lui aussi a relevé les symptômes de la gastro-entérite et a prescrit un traitement pour cela. » Hélas, rien n’y fait. Et pour cause.

« Nous avons alors appelé l’ambulance, le jour même, ce mardi, pour aller en milieu hospitalier. Là aussi, on a évoqué une gastro : Maëlle était déshydratée, le personnel l’a traitée pour cette déshydratation… » Le bilan médical n’évolue pas et Maëlle est alors transférée vers un autre hôpital, aux soins intensifs. Là, le choc septique est diagnostiqué. Hélas, plus rien ne pouvait être fait et la jeune Maëlle devait quitter les siens ce jeudi 9 janvier…

« Nous voulons que tout le monde soit informé des risques liés à l’utilisation des tampons hygiéniques : même le personnel soignant, des médecins aux ambulanciers », poursuit la mère de la jeune Maëlle. « Les symptômes du choc ressemblent fortement à ceux de la gastro-entérite… Le personnel doit poser la question à toute femme présentant ces symptômes ! Maëlle, nous le répétons, était au courant, elle était doublement attentive… »

La jeune Maëlle repose actuellement au funérarium Postiau, à Acoz (Gerpinnes). Ses funérailles auront lieu ce mercredi 15 janvier, en l’église Saint-Maurice de Somzée, à 14 heures, avant que le cortège ne prenne le chemin du cimetière de Somzée. La famille lance un appel aux proches et à tous ceux qui voudraient exprimer une marque de sympathie à sa mémoire : « Plutôt que des fleurs, vous pouvez faire un don sur la page de Kassiopée, petite fille de l’entourage de Maelle, partie aussi trop tôt pour une autre raison, vous contribuerez la recherche pour sauver la vie d’autres enfants », poursuivent les proches de Maëlle.

https ://team.kickcancer.org/fr/page/le-voyage-de-kassiopee-dans-les-etoiles

Notre sélection vidéo