Jean-Paul Philippot présente sa vision stratégique pour la RTBF devant le CSA

Jean-Paul Philippot présente sa vision stratégique pour la RTBF devant le CSA
Belga image

En début d’audition, Jean-Paul Philippot a passé en revue les enjeux du monde audiovisuel actuel, en profonde mutation : perte de vitesse des médias traditionnels, augmentation de la consommation différée et/ou digitale, fragmentation du public, nouvelle hiérarchie des supports de consommation (smartphones…), innovations technologiques…

Face à ces constats, l’administrateur délégué est revenu sur le plan stratégique « Vision 2022 » de la RTBF, adopté fin 2016, et en a rappelé les trois axes principaux : porter largement les valeurs du service public dans une société globale et numérique, devenir leader de la production de contenus audiovisuels belges francophones en innovant et devenir une entreprise « apprennante ».

« Est-ce-que les tendances des dernières années rendent obsolète cette vision ? Sûrement pas », a affirmé M. Philippot. Cependant, il relève cinq points devant faire l’objet d’approfondissements dans les années à venir, à savoir le renforcement des spécificités éditoriales de la RTBF (productions locales, diversité, proximité…), le développement du potentiel de l’approche multicanaux, la simplification du modèle d’organisation, la poursuite de la formation et l’accompagnement des équipes et le développement de contenus encore plus accessibles et interactifs par la technologie.

« La spécificité du média de service public repose sur sa capacité à informer en toute indépendance et à exprimer fièrement toutes les richesses et la diversité de nos cultures et créations », a indiqué en fin d’audition Jean-Paul Philippot. « Cela constituera le coeur de mon action et ne se réalisera que collectivement en s’appuyant sur les talents, le savoir-faire et l’énergie sans cesse renouvelée de l’entreprise », a-t-il conclu.

À aucun moment durant l’audition la polémique récente née autour du salaire de Jean-Paul Philippot n’a été abordée. « Le CSA n’a pas dans ses missions de contrôler cet aspect contractuel », explique son président Karim Ibourki. « Par ailleurs, le gouvernement a mandaté le collège des commissaires et la Cour des comptes pour rendre un avis sur cette question. »

Les rapports d’audit réclamés par la ministre des Médias en Fédération Wallonie-Bruxelles Bénédicte Linard sont d’ailleurs attendus ce mercredi.

Notre sélection vidéo