Abonnez-vous pour 1€

Des F-16 belges en provenance de la base aérienne de Florennes ont effectué des décollages d’alerte pour intercepter des appareils russes en Lithuanie

Des F-16 belges en provenance de la base aérienne de Florennes ont effectué des décollages d’alerte pour intercepter des appareils russes en Lithuanie
Photo News

Il s’agit d’excices destinés à intercepter d’éventuels appareils russes s’approchant du territoire allié au-dessus de la mer Baltique, a-t-on indiqué mardi de sources militaires.

Le détachement aérien belge, fort d’une cinquantaine de personnes provenant principalement des bases aériennes de Florennes et de Kleine-Brogel, est déployé sur la base aérienne de Siauliai, en Lituanie, pour une période inhabituellement longue de huit mois – ce qui correspond à deux tours d’opération successifs, selon les standards de l’Alliance atlantique.

Le 2e wing tactique, basé à Florennes, dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, a assuré la direction de cette mission appelée « Baltic Air Policing » (BAP) fin 2019, avant de céder le relais au 10e wing de Kleine-Brogel (Limbourg).

Les Belges ont déjà effectué sans incident une vingtaine « d’alpha scrambles » (décollages d’alerte réels) depuis leur arrivée et quelques 80 « tango scrambles » dédiés à l’entraînement, a expliqué le commandant du détachement, le lieutenant-colonel Roelants « Ron » Van Thienen, à un groupe de journalistes en visite à Siauliai.

Mais aucun « alpha scramble » n’a eu lieu depuis le début de l’année 2020 et la relève du contingent venu de Florennes par celui de Kleine-Brogel, a précisé le pilote, qui commande habituellement la 349e escadrille, l’une des quatre unités de chasseurs-bombardiers de la composante Air.

Notre sélection vidéo