Abonnez-vous pour 1€

Un bus TEC «essuie des coups de feu» à Liège: plusieurs dépôts partent en grève, la police relativise

Un bus TEC «essuie des coups de feu» à Liège: plusieurs dépôts partent en grève, la police relativise

Les chauffeurs des dépôts TEC de Robertmont, de Jemeppe et de Hesbaye sont partis en grève ce lundi en fin de matinée suite à une agression dont aurait été victime l’un des leurs quelques heures plus tôt. L’espace TEC de la place Saint-Lambert a lui aussi fermé ses portes dans la foulée.

►► Voici ce qu’il s’est passé

Cette grève surprise fait suite à un incident survenu à Droixhe. Un bus de la ligne 17 a « essuyé des coups de feu » alors qu’il sortait du dépôt, détaille Dona Balbo, la secrétaire régionale CGSP pour le TEC Liège-Verviers qui indique que « des impacts ont été retrouvés à l’arrière du véhicule ».

Une version que ne confirme pas la police de Liège : « Selon les premiers éléments collectés, rien ne permet de dire qu’il s’agit d’un impact de balle », assure la police liégeoise. « Aucune balle et aucun impact n’a été retrouvé à l’intérieur du bus.

Sous le choc, les chauffeurs du TEC ont décidé de se croiser les bras, au moins pendant quelques heures. Une réunion est toutefois prévue en début d’après-midi entre la direction du TEC et les organisations syndicales.

Le trafic des bus a finalement repris, a-t-on appris vers 15h30.

►► Une recrudescence des faits de violence envers les TEC est constatée actuellement

Notre sélection vidéo