Forum économique de Davos: la Première ministre Sophie Wilmès s’envole pour la Suisse en compagnie du Roi et de la Reine

Vidéo
Le couple royal et Sophie Wilmès lors de la commémoration du 75e anniversaire de la Bataille des Ardennes.
Le couple royal et Sophie Wilmès lors de la commémoration du 75e anniversaire de la Bataille des Ardennes. - Photo News

Alexander De Croo, vice-Premier ministre et ministre des Finances, et Jan Jambon, le ministre-président flamand, doivent arriver plus tard dans la semaine.

La Première ministre démarre lundi une visite-éclair au Forum économique mondial de Davos, son déplacement prenant fin mercredi soir déjà. Le Forum se tient lui jusque vendredi.

Pour la cinquantième fois, décideurs politiques, acteurs économiques et ONG se réunissent dans la station de ski perchée dans les Alpes suisses, avec un mot sur toutes les lèvres jusque vendredi : climat. Avant l’entame de cette réunion annuelle, le Forum a publié son Rapport sur les risques mondiaux, dominé pour la première fois par l’environnement. Le changement climatique représente, aux yeux des dirigeants, « le risque, à long terme, le plus important auquel le monde est confronté », selon ce rapport.

La Belgique profitera du forum pour « informer et discuter des grands chantiers en cours comme le Green Deal européen », précise le cabinet de la Première ministre. « La Belgique soutient la Commission européenne » et son plan visant à devenir le premier continent climatiquement neutre au monde d’ici 2050, et il est « important de pouvoir en discuter avec les acteurs économiques », souligne le cabinet.

Le déplacement à Davos doit également permettre de « valoriser les atouts du pays dont l’économie est ouverte et qui se situe au carrefour » d’échanges économiques, poursuit le cabinet de Mme Wilmès, mettant en exergue que la Belgique est située à la 11e place des grandes nations exportatrices, selon un classement de l’OMC. « On doit montrer que le pays a de quoi plaire à ceux qui créent, qui innovent », lance le cabinet, avec la création d’emplois en ligne de mire.

Au programme des deux jours dans la cité suisse, 13 réunions bilatérales sont d’ores et déjà prévues pour la Première ministre, le cabinet ne souhaitant pas en dévoiler davantage. « L’objectif est de poursuivre le travail initié par le gouvernement (de Charles Michel, NDLR), soit de faire de la Belgique, en dépit de sa petite taille, un État qui a une voix importante sur la scène internationale », conclut le cabinet.

Notre sélection vidéo