Abonnez-vous pour 1€

Grèves dans les prisons: les actions se poursuivent vendredi dans les établissements pénitentiaires

Grèves dans les prisons: les actions se poursuivent vendredi dans les établissements pénitentiaires
Photo News

Le personnel des établissements pénitentiaires mène de nombreuses actions dans le pays depuis mercredi soir. Jeudi, le mouvement de grève s’est répandu au sein des prisons de Louvain, Saint-Gilles, Bruges, Jamioulx, Ypres et Anvers entre autres. À Marche-en-Famenne, le personnel a également annoncé une série d’actions « coups de poing » sous forme d’arrêts de travail de quelques heures dans les prochains jours.

Vendredi matin, la direction générale des Établissements pénitentiaires indique qu’environ la moitié du personnel des établissements de Beveren, Termonde et Audenarde est en grève. Les prisons de Louvain (seulement 35 % du personnel est actif), Saint-Gilles (38 %) et Turnhout (30 %) sont encore plus touchées par le mouvement. À Gand, seul 13 % du personnel a pris son poste. Côté francophone, la DG indique que les établissements pénitentiaires d’Andenne, Leuze, Saint-Hubert et Jamioulx sont fortement touchés par les mouvements.

Les syndicats dénoncent « l’imposition sans négociations », par le ministre de la Justice Koen Geens, d’un service minimum au sein des établissements pénitentiaires. « Le ministre ne veut pas concerter, son but est d’imposer un pourcentage obligatoire d’agents sur le terrain et les modalités pratiques du service minimum ne l’intéressent pas », déplore Claudine Coupienne, secrétaire permanente CSC. « Nous réclamons une étude de la situation poste par poste, dans tous les établissements, pour l’organisation concrète du travail, la sécurité des agents et le maintien du droit de grève. »

Aucune nouvelle réunion n’est pour le moment prévue entre le ministre et les organisations syndicales.

Notre sélection vidéo