Trois blessés dont deux graves lors de la manifestation en marge de la conférence « Back From Davos » au Cercle de Lorraine

Vidéo

Les militants étaient issus de 25 collectifs différents, parmi lesquels Act For Climate Justice, Les Macrales, Flashmob Justice Fiscale, Jeunes FGTB Bruxelles, les Gilets jaunes et Students For Climate. La police fait barrage et se tient devant les grilles du bâtiment. Certains activistes sont montés sur des poteaux. D’autres se sont enchaînés bras à bras par des tubes. Ils veulent condamner l’accès des participants à la conférence et espèrent parvenir à la faire annuler. La police a, un moment, fermé la circulation automobile dans le tunnel Louise vers la place Poelaert et en surface sur les voies allant de l’arrêt Louise vers la place Poelaert. La circulation a été rétablie peu après 18h30. Les transports en commun n’ont pas été impactés.

Chaque année à Bruxelles, une conférence de débriefing « Back From Davos » est organisée.

Cette année, elle a lieu au Cercle de Lorraine. Cette conférence réunit, sur invitation, des dirigeants d’entreprise, Commissaires européens, ministres et autres politiciens pour « discuter » des conclusions du Forum de Davos.

Selon la police locale, les militants regroupés près de la place Poelaert étaient environ 300.

« Le forum de Davos, au départ simple réunion informelle entre le monde du business et le pouvoir politique a aujourd’hui acquis un pouvoir impressionnant sur la scène internationale, malgré son caractère anti-démocratique. C’est un club très sélectif, seules les entreprises avec un chiffre d’affaire de plus de 5 milliards d’euros peuvent en devenir membre. Il entend augmenter le pouvoir du monde privé au détriment de la régulation par l’État. Selon une étude, 100 multinationales sont responsables de 71 % des émissions globales de gaz à effet de serre depuis 1988 et la majorité de ces dernières sont membres du Forum de Davos. Il a déjà fait l’objet de nombreuses contestations, notamment par le mouvement altermondialiste », estiment encore les activistes dans un communiqué.

Pour les personnes mobilisées, ce genre de soirée entretient un système économique responsable de la destruction de la planète, qui détricote les solidarités et les droits, au profit de l’accumulation de richesses et de pouvoir par une minorité. Selon Camille*, gilet jaune participant à l’action : « Ce sont eux qui se gavent à spéculer sur les catastrophes naturelles et à faire évader tout leur argent dans des paradis fiscaux alors que, de l’autre coté, on nous supprime nos droits sociaux parce qu’ils coûteraient trop cher à la société » et à Camille*, activiste climatique de rajouter : « les premières victimes de ces dominations sont les femmes, les personnes issues des classes populaires et les personnes racisées. La transition écologique ne peut se faire sur leur dos. Ce sont les personnes qui se réunissent ce soir autour d’une coupe de champagne ui coûtent chers et doivent payer ! ».

« C’est dans l’intensité de nos luttes que nous créerons un monde juste et solidaire », déclarent-ils.

L’hélicoptère police fédérale a survolé les lieux, l’arroseuse était préparée et les casques blancs de la police en tenues anti Emeute gardaient l’entrée.

Les manifestants ont été dispercés vers 19h45.

Notre sélection vidéo