En ce momentMiss BelgiqueCorruption au Parlement européen Accueil Régions Charleroi Actualité de la région de Charleroi

Assises Courcelles: le jury a pris 3 heures de temps pour décider du sort de Béatrice Latinne

Il aura fallu presque 3 heures au jury de la cour d’assises de Mons pour rendre sa décision sur Béatrice Latinne. Le 27 juillet 2018, la quadragénaire avait poignardé son compagnon, Jean-Luc Gillard, 54 ans, d’un coup de couteau dévastateur en plein ventre. Elle a, ce jour-là, mis un point final définitif et sanglant à leur liaison : il voulait la quitter.

Jean-Luc et Béatrice étaient deux laissés pour compte de la vie.

Ils s’étaient trouvés, fin 2018, ils s’étaient aimés et mis en ménage dans un petit studio miteux de la place Ransy à Courcelles. Jean-Luc avait son CPAS, il bossait un peu en noir ; Béatrice avait ses allocations de la Vierge Noire. Tout allait donc pour le mieux dans leur meilleur des mondes.

Sauf que Béatrice souffrait de solitude.

Alors, le 27 juillet 2018, quand il lui a rendu ses clés et a repris son chien, elle a compris que c’était fini. Pour de bon. Elle a pris un couteau et a enfoncé la lame dans le ventre de son amant, lui perforant le foie et l’aorte avant de s’effondrer en pleurs.

Béatrice Latinne sait évidemment qu’elle a tué Jean-Luc, qu’elle a porté ce coup, unique mais puissant, qui lui a coûté la vie. Pourtant, depuis ce funeste jour, elle le répète à l’envi : « Je ne voulais pas le tuer ».

Tout l’enjeu de ce procès tournait donc autour de l’intention homicide.

Le jury a estimé qu’il y avait un doute.

Reste encore à déterminer le taux de la peine. C’est sur ce second débat que le procès de Béatrice Latinne se conclura ce mardi.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Charleroi Actu

Voir plus d'articles